DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'assurance-vie de Snowden : des documents cryptés hautement classifiés

Vous lisez:

L'assurance-vie de Snowden : des documents cryptés hautement classifiés

Taille du texte Aa Aa

Des cadres des services secrets américains et britanniques pensent qu’Edward Snowden conserverait encore des milliers de documents hautement classifiés. Selon eux, ces documents contiendraient entre autres les noms d’espions américains et de leurs alliés.

Cette ‘bombe de la dernière chance’ (“doomsday cache”, cachette du jour dernier traduit littéralement NDLR) serait lourdement cryptée et stockée dans le ‘nuage’. Parlant sous couvert d’anonymat, les sources citées par l’agence de presse Reuters expliquent que ces données sont protégées par un système sophistiqué de cryptage et plusieurs mots de passe successifs. Ces derniers sont détenus par au moins trois personnes différentes et ne sont valides que pendant une courte période chaque jour. L’identité des détenteurs des mots de passe est inconnue.

Une des personnes révélant cette information a expliqué qu’Edward Snowden garde ces données comme une protection contre son arrestation ou toute tentative d’atteinte physique contre sa personne.

Le journaliste Glenn Greenwald, qui avait rencontré Edward Snowden à Hong Kong et avait été l’un des premiers à publier des informations de l’ex-employé de la NSA, confirme que Snowden conserve d’autres données. « Il a pris des précautions extrêmes pour que plusieurs personnes de par le monde possèdent ces archives afin qu’elles soient inévitablement publiées. »

Edward Snowden aurait téléchargé et sauvegardé entre 50 000 et 200 000 documents classifiés de la NSA et du gouvernement britannique. Certains membre de l’administration Obama ont confié en privé qu’il détiendrait suffisamment d’informations en sa possession pour alimenter les média pendant encore deux ans. Un ancien responsable américain qui suit l’enquête de près a déclaré : « le pire est encore à venir ».

Difficile de savoir si les services secrets américains et britanniques ou, à l’opposé, russes et chinois, savent où sont cachés ces documents. Un ancien responsable américain considère toutefois que les Chinois et les Russes ont des cryptographes suffisamment qualifiés pour craquer ces fichiers s’ils les trouvent.

Les porte-paroles de la NSA et du Bureau des services secrets américains n’ont pas souhaité commenter cette information.

Avec Reuters