DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Union européenne : le Partenariat oriental en chiffres

Vous lisez:

Union européenne : le Partenariat oriental en chiffres

Taille du texte Aa Aa

C’est en 2009 que l’Union européenne lance son programme de Partenariat oriental avec six pays de l’ancienne Union soviétique.
Le but de cette ambitieuse iniciative est de les faire converger vers les lois et les standards de l’Union tant dans le domaine économique que politique.
Le Partenariat Oriental s’adresse au Belarus, à l’Ukraine, à la Moldavie, à la Géorgie, à l’Armenie et à l’Azerbaijan. Or le Belarus qui fait partie de l’Union douanière n’a presque plus de relations avec l’UE ; l’Ukraine vient de suspendre son adhesion, et l’Armenie y a renonce pour integrer l’Union douaniere avec la Russie.

Ensemble ces six pays totalisent 75 millions d’habitants, mais c’est l’Ukraine qui, par sa population de 46 millions d habitants, ses ressources et sa position géopolitique, concentre les efforts de l’UE.

Car les instances européennes ont investi 2,5 milliards d’euros entre 2010 et 2013 pour contribuer à la création d’institutions démocratiques, à la protection de l’environnement, à la reforme de l’industrie, à la sécurité énergétique et à la lutte contre la pauvreté.

L’UE propose aux six Etats un rapprochement économique moyennant le respect de certaines conditions. Ils pourront à terme conclure des accords commerciaux donnant à leurs entreprises accès au marché européen qui compte quelques 500 millions de consommateurs.
En échange les entreprises de l’UE beneficieront d’un accès facilité à leurs marchés.

Au premier trimestre 2013, l’UE a enregistré un excédant commercial de 3,3 milliards d’euros avec ces six pays.

La moitié des exportations européennes vers les pays partenaires est destinée à l’Ukraine. Les trois principaux exportateurs sont l’Allemagne, l’Italie et la Pologne.

L’UE offre aussi, dans le cadre de son Partenariat oriental, de faciliter les déplacements de leurs ressortissants sur son territoire avec à terme une lévée des frais pour l’obtention de visas.
Les négotiations pour la libéralisation des visas sont initiés en 2008 avec l’Ukraine, en 2010 avec la Moldavie, et en 2012 avec la Géorgie.

En échange les Etats partenaires doivent mettre en oeuvre des plans de lutte contre la corruption, le crime organisé et les diffférentes sortes de trafic, armes, drogues et êtres humains, ce qui réduit le risque de contagion en Europe de l’Ouest.

Tisser des liens plus étroits avec l’Europe orientale et le sud Caucase permet en outre aux Vingt-Huit (UE) d’améliorer la sécurité de leurs approvisionnements énergétiques.