DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

G. Margvelashvili : "Une Géorgie européenne n'est une menace pour personne"


Le bureau de Bruxelles

G. Margvelashvili : "Une Géorgie européenne n'est une menace pour personne"

Privée de la signature de Kiev, l’Union européenne s’est consolée en paraphant un accord d’association avec la Géorgie. Euronews s’est entretenu avec le chef de l’Etat Géorgien, Giorgi Margvelashvili.

Natalia Richardson-Vikulina, euronews :
“Monsieur le président vous espérez que la Géorgie pourra rejoindre l’Union européenne très rapidement. Qu’est-ce qui vous laisse penser ça ?”

Giorgi Margvelashvili, président de Géorgie :
La Géorgie fait historiquement partie de l’Europe donc nous allons poursuivre sur cette voie, et j’espère dans un futur proche que nous ferons véritablement partie de cette famille. Pas seulement culturellement, mais aussi politiquement.

Natalia Richardson-Vikulina, euronews :
Pensez-vous que la Russie va faire pression pour que cet accord ne soit pas signé, comme cela s’est produit avec l’Ukraine? Et pourrez vous résister à une telle pression ?

Giorgi Margvelashvili, président de Géorgie :
Il n’est pas toujours juste en politique de penser par analogies. Bien évidemment, l’atmosphère actuelle du sommet suscite la tentation de cette analogie. Nous aimons la politique européenne de gagnant-gagnant, le paradigme européen qu’une europe plus grande et plus large est un monde plus sûr, et permet d’avoir une région plus sûre, et un voisin Russe plus sûr également.

Natalia Richardson-Vikulina, euronews :
“Vous voulez intégrer l’Union européenne et l’OTAN, et vous voulez aussi normaliser vos relations avec la Russie. Pensez vous que ces deux choses soient compatible ?”

Giorgi Margvelashvili, président de Géorgie :
Quelqu’un peut-il me dire pourquoi elles ne le seraient pas ?

Natalia Richardson-Vikulina, euronews :
L’OTAN et la Russie ?

Giorgi Margvelashvili, président de Géorgie :
La Géorgie est un pays indépendant qui mène sa propre politique. La Géorgie essaye d’envoyer un message à tous se voisins y compris la Fédération de Russie, le message qu’une Géorgie civilisée, économiquement forte, démocratique, qu’une Géorgie européenne, euro atlantique n’est une menace pour personne. Bien au contraire cela permet d’avoir des frontières plus stables, un voisinage plus stable. C’est un bénéfice pour tous.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Le bureau de Bruxelles

Déception au sommet sur le partenariat oriental