DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Londres : une station de métro fantôme achetée pour 60 millions d’euros


monde

Londres : une station de métro fantôme achetée pour 60 millions d’euros

Après l’Arche de l’Amirauté, cédée l’an passé pour un peu plus de 72 millions d’euros (sur la base d'un bail de 99 ans), le gouvernement britannique a vendu vendredi 29 novembre 2013, la station de métro londonienne désaffectée de Brompton Road. Un moyen efficace pour l’Etat, de renflouer ses caisses.

Cette « station fantôme » hante les sous-sols de la capitale britannique depuis sa fermeture aux usagers en 1934. Elle a ensuite appartenu au ministère de la Guerre (War Office), avant que celui-ci ne soit intégré en 1964 au ministère de la Défense (MoD). Brompton Road a notamment abrité un centre de commandement secret lors de la Seconde Guerre mondiale. Elle a également servi de camp d’entrainement pour l’armée.

« La station a été vendue et achetée » a déclaré un porte-parole du MoD en précisant que la vente ne sera effective que dans deux mois. Le ministère a refusé de dévoiler l’identité de l’acheteur, mais d’après les médias locaux, il s’agirait d’un milliardaire ukrainien qui en aurait fait l’acquisition pour 50 millions de livres, soit un peu plus de 60 millions d’euros.

Située à South Kensington, un des quartiers les plus chers de Londres, la station devrait être transformée en logements de luxe. Des chambres y sont déjà aménagées dans d’anciennes cages d’ascenseur.

Depuis l’arrivée des conservateurs au pouvoir en 2010, plus de 700 bâtiments ou lots fonciers appartenant au gouvernement ont été vendus. En réduisant de 15% son portefeuille immobilier l’Etat espère ainsi améliorer ses finances.

Plusieurs sites sont encore à vendre, comme l’immeuble du War Office, le ministère aujourd’hui disparu, situé près des bureaux du Premier ministre à Whitehall.

Londres envisage également de céder des casernes à Hyde Park, ce qui pourrait rapporter plusieurs centaines de millions de livres à la capitale du Royaume-Uni.

Prochain article

monde

Travail du dimanche, bientôt une nouvelle loi