DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le gouvernement ukrainien "a franchi la ligne rouge", selon l'opposition

Vous lisez:

Le gouvernement ukrainien "a franchi la ligne rouge", selon l'opposition

Taille du texte Aa Aa

Fidel Pavlenko, euronews:
Notre correspondante à Kiev, Angelina Kariakina, nous a rejoint. Angelina, l’opposition a-t-elle perdu son élan maintenant que sa tentative de limogeage du gouvernement a échoué? Il s’agissait du fer de lance du mouvement.

Angelina Kariakina:
“Après l‘échec du vote de confiance au Parlement, les dirigeants de l’opposition ont confirmé que leur exigence était toujours d’actualité et qu’ils allaient essayer d’arriver au limogeage du gouvernement, donc du président par d’autres moyens. Ils veulent maintenant que le président Ianoukovitch publie personnellement un décret concernant ​​la démission du gouvernement et appellent leurs partisans et les manifestants présents sur la place de l’Indépendance à planter leurs piquets de grève devant le siège de l’administration présidentielle et d’y rester jusqu‘à ce que leur demande soit satisfaite.
Les déclarations des dirigeants de l’opposition sont toujours aussi fortes et fermes. Il y a encore beaucoup de manifestants dans les rues et il n’est pas prévu de réduire les rassemblements”.

euronews:
Quelle est l’ambiance générale parmi la population? Soutient-elle encore les dirigeants de l’opposition et d’autres activistes? Ou règne-t-il un sentiment de déception et de désespoir?

Angelina Kariakina:
“Après l’annonce de l‘échec du vote de confiance au Parlement, la foule était abattue. Mais les gens ici disent qu’ils ne se sont pas réunis seulement pour protester mais aussi pour prendre part à la grève générale avec toujours le même objectif, la démission du gouvernement. Et ils ont l’intention de rester. Ils appellent des Ukrainiens d’autres villes et régions du pays à les rejoindre. Les étudiants ont également pris part au mouvement. Donc l’ambiance générale est à la poursuite des manifestations pour essayer de faire tomber le gouvernement par des rassemblements massifs dans les rues à défaut d’un vote du parlement en ce sens”.

euronews:
Angelina, après avoir survécu au vote de défiance au Parlement, le Premier ministre Mykola Azarov a annoncé des changements drastiques au sein de son cabinet. Cette promesse pourrait-elle satisfaire les manifestants? L’opposition est-elle prête à d‘éventuels discussions et compromis avec le gouvernement?

Angelina Kariakina:
“Le Premier ministre Azarov n’a pas détaillé sa promesse de changements au sein du gouvernement. Il n’a pas fourni de précisions quant aux mesures proposées visant à calmer la situation dans la rue et à trouver un compromis avec l’opposition et les manifestants.
Il est intéressant de noter que le ministre de l’Intérieur, Vitaly Zakharchenko, n‘était pas présent au Parlement. Or, depuis l’utilisation brutale de la force contre les manifestants, la démission de Zakharchenko est l’une des principales exigences de l’opposition. Selon le Parti des régions au pouvoir, étant donné la situation tendue, le ministre est trop occupé à exercer ses fonctions pour siéger à la Rada. Il n’y a donc pas d’offre concrète du gouvernement pour un compromis. De son côté, l’opposition insiste, aucun compromis n’est envisageable avec le gouvernement car il a franchi la ligne rouge et doit donc démissionner”.

euronews:
Merci Angelina Kariakina, je rappelle que vous êtes notre correspondante à Kiev.