DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Londres veut revoir la libre circulation en Europe


Le bureau de Bruxelles

Londres veut revoir la libre circulation en Europe

La sacro-sainte liberté de circuler en Europe aura rarement été autant questionnée. Cette fois, c’est le Royaume-Uni qui mène la fronde. Le gouvernement britannique veut en finir avec ce qu’il appelle le tourisme social et en profiter pour revoir les règles au niveau européen.

“ Je pense que nous devons être capables de ralentir l’accès à la libre-circulation jusqu‘à ce que nous soyons sûrs qu’une migration de masse n’aura pas lieu. Cela pourrait se faire par exemple en requérant des nouveaux Etats-membres qu’ils atteignent un certain niveau de PIB par habitant avant d’avoir un plein accès à la libre-circulation “, a expliqué la ministre britannique de l’Intérieur Theresa May.

A un mois de la levée des restrictions imposées aux Roumains et aux Bulgares, Londres a durci ses propres règles, en imposant par exemple un délai de trois mois aux nouveaux venus européens avant d’avoir droit au chômage. Et ce n’est pas pour déplaire à l’Allemagne.

“ Nous avons besoin d’une position commune, de savoir comment protéger la liberté de mouvement et comment prévenir les abus. Et si c’est nécessaire, il faudra se mettre d’accord de manière multilatérale sur une approche commune, en dehors du cadre de l’Union européenne “, suggère le ministre allemand Hans-Pieter Friedrich.

Si le gouvernement Cameron joue les durs, c’est pour répondre aux attaques des anti-européens au Royaume-Uni. Mais pour la commissaire européenne à la Justice Viviane Reding, chaque pays d’ajuster ses règles sans remettre en cause les fondamentaux européens.

“ Dans certains Etats membres, les lois sont trop beaucoup trop floues, trop positives, et sont un appel à la fraude. C’est aux Etats membres de faire leur travail et de combattre la fraude. Et il est possible de le faire en accord avec la législation européenne “, assure-t-elle.

Sur le fond, c’est une fois encore le problème de l’harmonisation qui se pose dans une Europe aux disparités encore plus accrues depuis la crise.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Le bureau de Bruxelles

Les portes de l'Europe bientôt ouvertes sans visa aux citoyens turcs