DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Joie(s) et déception(s) après le tirage au sort du Mondial-2014

Vous lisez:

Joie(s) et déception(s) après le tirage au sort du Mondial-2014

Taille du texte Aa Aa

Il y a ceux qui sont heureux et ceux qui le sont moins, comme toujours dans pareil cas. Le tirage au sort de la phase de poules du Mondial-2014 a été effectué ce vendredi dans la station balnéaire de Costa Do Sauipe, et il a été plutôt favorable à l‘équipe de France. Les Bleus de Didier Deschamps sont plongés dans un groupe qui semble à leur portée avec la Suisse, tête de série, l’Equateur, et le Honduras.

Une chose est sûre, le match d’ouverture, le 12 juin prochain à Sao Paulo, mettra aux prises le Brésil, pays organisateur, et la Croatie. Le Mexique et le Cameroun complètent ce groupe A. Le groupe B semble encore plus relevé avec les deux finalistes de l‘édition 2010 : l’Espagne et les Pays-Bas.

L’analyse de notre spécialiste du football espagnol, Juan Antonio Aldeondo : “La pression du favori et la fin de carrière qui approche pour certains poids-lourds de l‘équipe, voilà les plus grands ennemis de l’Espagne. Si on évoque le potentiel des Pays-Bas, l’audace et la qualité de jeu du Chili, et le côté toujours imprévisible de l’Australie, on peut dire que la Roja n’est pas gâtée d’avoir de tels adversaires. Par ailleurs, finir deuxième de ce groupe signifiera probablement affronter le Brésil en huitièmes de finale.”

Sachant que les deux premiers seront qualifiés pour les huitièmes de finale, difficile de faire des pronostics dans le groupe C où figurent la Colombie, la Grèce, la Côte d’Ivoire et le Japon. Trois anciens vainqueurs de la Coupe du monde se retrouvent dans la poule D dont l’Italie et l’Angleterre dont nous parlent Cinzia Rizzi et Andy Robini.

Cinzia Rizzi : “L’Italie n’a pas eu beaucoup de chance avec le tirage au sort. L’Uruguay et l’Angleterre sont deux équipes très dangereuses. L’Angleterre court après un titre depuis près de 50 ans. Et l’Uruguay a un crack en la personne de Cavani que les Italiens connaissent bien.”

Andy Robini : “Je suis content que nous soyons dans un groupe aussi relevé. Rencontrer les vainqueurs de 2006 pour notre premier match sera un bon moyen de voir où nous en sommes. Et on ne peut pas perdre aux pénaltys lors des matches de poule, donc on a toutes nos chances.”

Les deux premières places du groupe E semblent promises, sur le papier en tous cas, à la Suisse et la France qui s’affronteront le 20 juin à Salvador de Bahia. A priori, l’Argentine de Lionel Messi n’est pas trop mal lotie non plus avec la Bosnie-Herzégovine, l’Iran et le Nigéria. Le Portugal de Cristiano Ronaldo aura lui fort à faire avec l’Allemagne, le Ghana, et les Etats-Unis. Nos experts nous décryptent les forces en présence.

Bruno Sousa : “Le Portugal devra se montrer plus performant qu’en qualifications pour obtenir sa place dans le Top 16. Les Portugais n’ont pas souvent battu l’Allemagne, et la dernière fois, c‘était il y a 13 ans. Quant aux Etats-Unis, c’est le genre d‘équipes qu’ils ont tendance à sous-estimer. Lors de la Coupe du monde 2002, ils étaient clairement favoris mais avaient perdu 3-2”.

Thomas Gahde : “Bruno a déjà tout dit au sujet du match entre l’Allemagne et le Portugal. Pour les deux autres matches, l’aspect humain sera assez sympa. Le joueur de Schalke Kevin-Prince Boateng joue pour le Ghana et son frère Jérôme pour l’Allemagne. Pour leur précédent duel, lors de la Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud, l’Allemagne avait battu le Ghana 1-0. Et puis il y aura les retrouvailles entre Joachim Löw et son ancien mentor Jürgen Klinsmann. En 2006, les deux hommes étaient sur le même bancce qui ne sera plus d’actualité en 2014, et se pose cette question : lequel des deux va gagner ?”

On termine avec le groupe H qui comprend la Belgique et la Corée du Sud mais aussi l’Algérie et la Russie que connaissent parfaitement Slimane Yacini et Gleb Shatunovsky.

Slimane Yacini : “C’est le groupe le plus facile de l’histoire de l’Algérie en Coupe du monde, mais les Fennecs vont tout de même affronter des équipes ambitieuses comme la Belgique et sa génération dorée, la Corée du sud qui participera à l‘évènement pour la huitième fois, et la Russie qui revient après 12 ans d’absence et qui accueillera le Mondial-2018”.

Gleb Shatunovsky : “La Belgique, l’Algérie et la Corée du Sud; la plupart des supporteurs russes voulaient tomber contre ces équipes. Donc on peut estimer que ce tirage au sort est satisfaisant. Mais il faut comprendre que les trois autres équipes aussi se félicitent de ce tirage. La Russie est dans un groupe qui lui convient, mais parlant d’une équipe qui fait son retour en Coupe du monde après 12 ans d’absence, on peut difficilement lui coller l‘étiquette de favorite.”

Vous pouvez déjà noter sur vos agendas quelques chocs du premier tour, à commencer par Espagne-Pays-Bas le 13 juin suivi le lendemain par Angleterre-Italie. Tout est donc prêt pour la grande fête du football, mis à part quelques-uns des douze stades où doivent se disputer les rencontres. Celui du Maracana, à Rio de Janeiro, est lui opérationnel et c’est là, le 13 juillet, qu’on connaîtra le lauréat de la vingtième édition de la Coupe du monde. Alors qui va succéder à l’Espagne ? Le Brésil accrochera-t-il une sixième étoile sur son maillot, à domicile ? Encore un peu de patience pour avoir les réponses…