DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le rapport Santé mondiale 2035 : éviter la mort de 10 millions de personnes

Vous lisez:

Le rapport Santé mondiale 2035 : éviter la mort de 10 millions de personnes

Taille du texte Aa Aa

Réussir dans vingt ans à eviter la mort de dix millions de personnes par maladies contagieuses ou par mortalité infantile.

C’est le défi du rapport Santé Mondiale 2035, rédigé par vingt-cinq experts, à la tête desquels on trouve l’ancien chef économiste de la Banque mondiale Larry Summers et présenté cette semaine à la Banque Africaine de Développement, à Tunis.

Une de ses experts est la directrice du développement humain de la banque africaine, Agnès Soucat, docteur et économiste. L’ambition du rapport est de multiplier par deux – jusqu‘à 6 milliards de dollars par an – l’investissement de la communauté internationale en recherche et innovation.

“D’ici 2035 il est possible de réduire le nombre de décès évitables par de près de dix millions en atteignant ce que nous appelons la convergence, explique Agnes Soucat, directrice du développement humain à la Banque africaine de développement. C’est à dire, en faisant que les pays et les populations plus pauvres aient le même niveau de santé que les populations des pays les plus riches”.

Deux tiers des décès infantiles ou dûs au sida ou à la tuberculose surviennent maintenant dans les pays à revenu moyen, en Afrique mais surtout en Chine et Inde. Et, dans des pays dans une situation meilleure comme la Tunisie, l‘écart entre les zones urbaines et rurales est très important. L’actuel budget tunisien pour la santé est de 6% du PIB, mais les ménages payent 40% des dépenses pour un certain manque de qualité contre u.

“Il faut trouver les mécanismes qui vont nous permettre d’alléger la charge des ménages, explique Abdellatif Mekki, le ministre tunisien de la santé. Et c’est pour ceci que nous avons demandé sérieusement à l’actuel gouvernement de doubler le budget du ministère tunisien de la Santé pour pouvoir vraiment alléger rapidement et effectivement la dépense des ménages que dépasse de loin la moyenne qu’on peut supporter”.

“La Banque Africaine de Dévoleppement est un des auteurs du rapport Santé Globale 2035. Et, comme les autres auteurs, elle affirme que la dépense publique dans le secteur de la santé multiplie par dix ou vingt son investissement et favorise la croissance. Voilà une chiffre pour convaincre les politiques. Vicenç Batalla, Euronews, à Tunis”.