DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Brésil : toujours dans l'insécurité à 6 mois du Mondial

Vous lisez:

Brésil : toujours dans l'insécurité à 6 mois du Mondial

Taille du texte Aa Aa

C‘était ce dimanche à Joinville, au Brésil. Des affrontements entre supporters de l’Atletico Paranaense et Vasco de Gama font 4 blessés graves. Un évènement qui, à 6 mois de la Coupe du Monde soulève une nouvelle fois la question de l’insécurité dans un pays de plus de 200 millions d’habitants. Car depuis des mois la violence est le quotidien de bon nombre de Brésiliens. La pauvreté et les inégalités étant les raisons principales de cette colère qui ne fait que monter à l’approche du Mondial de football.

“Les préparatifs pour la Coupe du Monde n’ont rien à voir avec cet évènement. ça n’implique pas le secrétariat dédié au Mondial. Pour les matches de la Coupe du Monde, nous suivrons l’exemple de la Coupe des Confédérations ! Il y a toute une dynamique, une série de préparatifs et de plans d‘évacuation ainsi qu’une évaluation des risques. Un plan entier, qui empêchera ce genre de scénario.”, a expliqué Andrei Rodrigues, secrétaire spécial pour la sûreté et sécurité sur les grands évènements

Les revendications des Brésiliens sont nombreuses : réorientation politique, lutte contre la corruption ou encore investissements dans la santé et l‘éducation. Sans oublier une facture jugée exorbitante pour le prochain Mondial et des billets pour les matches trop chers selon la population.

“C’est un évènement qui n’est pas positif du tout. Mais nous devons avoir à l’esprit que ça n’a rien à voir avec la Coupe du Monde. J’espère que des mesures seront prises pour que cela ne se reproduise pas.”, estime la joueuse de football, Marta.

En juin dernier le Brésil a été secoué par les manifestations sociales les plus importantes depuis 1992 ! Les protestataires s‘étaient donné rendez-vous sur les réseaux sociaux et ont rassemblé plus de 250.000 personnes dans tout le pays. Conséquence les prix des transports avaient significativement baissé dans plusieurs grandes villes.