DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

''Même dans la mort, Mandela est parvenu à réunir''

Vous lisez:

''Même dans la mort, Mandela est parvenu à réunir''

Taille du texte Aa Aa

Laurence Alexandrowicz, euronews : Francois Chignac, vous êtes notre envoyé spécial en Afrique du sud, vous étiez au stade Soccer City de Johannesburg. Le président Barack Obama a salué en Nelson Mandela “un géant de l’histoire”, mais il a aussi critiqué les dirigeants qui honorent d’un coté Mandela, ‘‘l’homme de paix” alors qu’ils oppriment leur peuple. L’esprit de Mandela a-t-il soufflé sur les chefs d‘États aujourd’hui ?

François Chignac, euronews : Il a soufflé et il continue de souffler. Et comme l’a rappelé dans son intervention tout a l’heure Ban Ki-moon, le secrétaire général de l’Onu, même dans la mort Nelson Mandela est parvenu à unir les leaders politiques. Plus de 90 leaders mondiaux sont là. On a vu Barack Obama serrer la main de Raul Castro, on a vu Barack Obama aux cotés de George W. Bush, on a vu François Hollande aux cotés de Nicolas Sarkozy, on voit les Japonais aux cotés des Chinois, les Iraniens aux cotés des Arabes et des Turcs, et tous ces leaders politiques sont là pour rendre un dernier hommage a Nelson Mandela.

Laurence Alexandrowicz, euronews : Y-a-t-il eu d’autres moments forts qui ont émaillé cette cérémonie? On a entendu des sifflets…

François Chignac, euronews : C’est l’intervention du président sud-africain, Jacob Zuma, qui a été élu en 2009. Lorsque qu’il s’est mis à parler, des sifflets ont retenti dans tout le stade Soccer City de Johannesburg. Il n’a pas pu parler au début, cela augure finalement d’un avenir en Afrique du Sud plutôt inquiétant, puisqu’il y a des échéances électorales l’année prochaine. L’ANC, le parti de Jacob Zuma, est très critiqué, et son intervention a été terriblement sifflée ici au sein du Soccer City.

Laurence Alexandrowicz, euronews : Merci Francois, je rappelle que cette cérémonie à Johannesburg coïncide avec la remise à Oslo du prix Nobel de la paix 2013, vingt ans tout juste après celui remis conjointement à Nelson Mandela et Frederik de Klerk.