DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Mondial 2014 : le maire de Manaus défend l'image de sa ville

Vous lisez:

Mondial 2014 : le maire de Manaus défend l'image de sa ville

Taille du texte Aa Aa

Manaus au Brésil est l’une des douze villes qui accueilleront des matchs du mondial de football cet été. L’Angleterre y affrontera l’Italie, aussi la presse tabloïde anglaise s’est intéressée à la capitale de l’Amazonie. Le Daily Mirror notamment, réputé pour ses articles provocateurs, n’y est pas allé avec le dos de la cuillère, qualifiant cette ville de deux millions d’habitants de l’un des endroits les “plus mortifères” au monde, une ville “rongée par le crime”.

Le maire de Manaus Arthur Virgilio Neto a donc décidé de monter au créneau. Il compte organiser une conférence de presse en Angleterre pour défendre l’image de sa ville. Il se dit prêt à “faire visiter Manaus à tous ceux qui veulent y venir pour la voir et la découvrir”. Et de reconnaître que c’est une ville qui a ses problèmes, mais comme ailleurs. “Il y a beaucoup de problèmes sociaux, dit-il, des problèmes qui remontent à plusieurs décennies, et je ne peux pas faire de miracle pour résoudre ces problèmes, non je ne peux pas.”

Le coordinateur de l’organisation de la coupe du monde à Manaus Miguel Capobiango reconnait lui aussi que la ville a ses problèmes, mais que ce n’est pas de nature à perturber la coupe du monde.

“Il existe aussi un grave problème de violence conjugale, des bagarres au sein même des familles où les policiers ne peuvent pas intervenir, dit-il. Ce ne sont pas des problèmes que l’on peut résoudre avec plus de policiers. Quand cette violence se produit à l’intérieur des maisons on ne peut malheureusement pas intervenir.”

Loin des affabulations des tabloïdes anglais, si les fans qui souhaitent aller au Brésil devaient réellement s’inquiéter de quelque chose, cela aurait davantage à voir avec l’avancée de la construction des stades. Or à Manaus tout va bien, il sera inauguré le 15 janvier.