DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le Premier ministre ukrainien chauffe les foules en parlant mariage homosexuel

Vous lisez:

Le Premier ministre ukrainien chauffe les foules en parlant mariage homosexuel

Taille du texte Aa Aa

Ironie du sort ou pied de nez à l’opposition, les manifestants pro-gouvernementaux se sont rassemblés place de l’Europe, dans le centre de Kiev. Arborant le drapeau du Parti des Régions du président Ianoukovitch, ils sont venus écouter leur Premier ministre Mykola Azarov, prononcer un discours plutôt démagogique à propos de l’accord d’association avec l’Union européenne :
“Nous devions remplir certaines conditions, savez-vous lesquelles? Nous devions légaliser le mariage homosexuel, adopter une loi sur l‘égalité des droits pour les minorités sexuelles, est-ce que notre société est prête à cela? “
La foule lui a répondu non…

Selon les organisateurs, ils étaient venus au nombre de 200 000 soutenir leur président aujourd’hui à Kiev. La police a évoqué le chiffre de 60 000 manifestants.

Comme pour appeler à rejoindre le mouvement, cette femme explique que “ça lui a pris seulement 10 minutes pour être prête pour cette manifestation”. “Je suis fatiguée de cette injustice”, dit-elle. “La plupart des Ukrainiens reconnaissent que nous avons eu beaucoup de de changements positifs. La vie n’est pas si mal en Ukraine.”

A quelques centaines de mètres de là, Maidan, le coeur de la contestation anti-Ianoukovitch… Des manifestants qui voulaient que l’Ukraine signe l’accord de libre-échange avec l’UE, réclament la démission du gouvernement, qui dénoncent la répression policière dont on fait preuve les forces de l’ordre le 30 novembre dernier, et l’assaut du début de semaine.

“Je pense que demain il y aura plus d’un million de personnes, j‘étais là dimanche dernier et il y avait vraiment beaucoup de monde, on ne savait plus où aller, vraiment je pense que ce sera sympa” expliaue un jeune.

Signe d’apaisement du gouvernement après l‘échec des discussion hier? Trois hauts fonctionnaires ukrainiens ont été limogés ce samedi pour avoir ordonné la dispersion violente des manifestations fin novembre.