DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

L'orpheline de Nelson Mandela


monde

L'orpheline de Nelson Mandela

Une usine automobile en effervescence pour célébrer la libération de Nelson Mandela. C’était à East London en Afrique du Sud, il y a 23 ans de cela. Lorsque Madiba, a été libéré de prison après 27 ans de détention, des ouvriers de la firme automobile Mercedes-Benz de la ville, ont fêté son retour en lui offrant un cadeau fait de leurs propres mains.

Rapidement, l’idée de construire une 500 SE, une classe S de génération W126 pour les connaisseurs, modèle le plus performant de la marque à l’époque, s’est imposée à eux. Unanimement, les travailleurs ont décidé que la construction de la voiture devait se faire entièrement en dehors de leurs heures de travail, et n’ont demandé aucune gratification supplémentaire. Leurs managers, séduits par l’initiative de célébrer le retour de Mandela, ont accepté de fournir le matériel nécessaire pour construire ce cadeau.

Une voiture en heures supp’

Au total, quatre jours de travail ont été nécessaires pour terminer la construction du véhicule. Gentiment surnommée Madiba’s Merc, l’automobile de celui qui deviendra le premier président noir d’Afrique du Sud, ne laisse aucun détail de côté : plaques personnalisées, couleur significative…. Plus qu’une voiture, la Madiba’s Merc représente un symbole pour un pays en lutte.

Une auto pour un symbole

Lors de la remise de la voiture, Nelson Mandela, ému, a souligné que la couleur de la voiture lui rappellerait toujours “le sang versé par nombre de sud-africains pour la paix et la liberté.” Pour le leader de la lutte contre l’apartheid, la construction de cette voiture, est la preuve, s’il en fallait une, que l’Afrique du Sud est “capable de travailler ensemble et de de faire des sacrifices pour reconstruire la nation“. Une voiture qui bien seule maintenant, trouve une deuxième vie au Musée de l'apartheid, à Johannesburg.

Prochain article

monde

Playboy : soixante ans et toujours une plastique de rêve ?