DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Accord Poutine-Ianoukovitch : la défiance de l'opposition à Kiev


Russie

Accord Poutine-Ianoukovitch : la défiance de l'opposition à Kiev

La poignée de main, ce mardi à Moscou, entre les présidents russe et ukrainien est loin de faire l’unanimité. Vladimir Poutine a pourtant octroyé une aide précieuse à son voisin Viktor Ianoukovitch dont le pays est à la peine économiquement.

Moscou accorde l‘équivalent de 11 milliards d’euros et baisse dans le même temps le tarif du gaz vendu à Kiev.

Vladimir Poutine assure qu’il n’y a aucune contrepartie. Mais pour certains observateurs, l’Ukraine se trouve désormais un peu plus sous la coupe du voisin russe.

“La Russie, avec cette offre, devient le principal créancier international de l’Ukraine, avec toutes les conséquences qui en découlent, commente Igor Burakovsky, analyste économique. Par définition, nous perdons notre souveraineté. L’endettement qui est le nôtre a des conséquences politiques vis-à-vis de notre créancier, en l’occurrence la Russie.”

Et cette emprise russe, c’est bien ce que veulent éviter les manifestants mobilisés depuis près d’un mois à Kiev.

Ce mardi soir, ils étaient encore des milliers à dénoncer les choix politiques du président Ianoukovitch. Parmi eux, un des chefs de l’opposition, Vitali Klitschko.

“Nous espérons que cela n’a pas été fait en gage des installations stratégiques du pays, car si tel est le cas, cela aurait des conséquences négatives, en terme de dépendance vis-à-vis de notre voisin oriental”, a-t-il indiqué.

Pour beaucoup d’opposants, le geste financier de Moscou apparaît comme une récompense accordée au président ukrainien pour son orientation pro-russe au détriment de l’ouverture vers l’Europe.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Iran: les eurodéputés évoquent les droits de l'Homme