DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Soudan du Sud : l'ancien vice-président nie tout coup d'Etat


Sud-Soudan

Soudan du Sud : l'ancien vice-président nie tout coup d'Etat

Plus de 400 morts, environ 800 blessés, et de 10 000 à 15 000 personnes réfugiées dans les deux bases des Nations unies à Juba, la capitale du Soudan du Sud. Ces chiffres proviennent de diplomates à l’Onu. Juba a sombré dans les violences ces derniers jours.

L’ancien vice-président sud-soudanais a nié l’existence d’une tentative de coup d’Etat dont l’accusent les autorités. Riek Machar, en fuite, s’exprimait pour la première fois mercredi. “Il n’y a pas eu de coup d’Etat. Ce qui s’est passé à Juba est un malentendu entre membres de la garde présidentielle, au sein de leur unité. Ce n‘était pas une tentative de coup d’Etat. Je n’ai aucun lien ou connaissance d’une quelconque tentative de coup d’Etat”, a affirmé M. Machar, qui s’exprimait depuis un endroit inconnu.

M. Machar figure avec quatre autre figures politiques du pays sur une liste officielle de personnes recherchées. Dix hautes personnalités ont été arrêtées, selon le gouvernement, dont huit anciens ministres du cabinet limogé en juillet, en même temps que M. Machar, par le président Salva Kiir.

L’ex-rébellion sudiste est au pouvoir depuis un accord de paix avec le Soudan en 2005 qui a mis fin à des décennies de guerre civile et débouché sur l’indépendance du Soudan du Sud en juillet 2011.

Avec AFP

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Toronto : les pas de danse de Rob Ford