DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le gouvernement Erdogan contre-attaque après une vaste enquête anti-corruption


Turquie

Le gouvernement Erdogan contre-attaque après une vaste enquête anti-corruption

Au lendemain du spectaculaire coup de filet opéré par la police à Istanbul et Ankara, le pouvoir islamo-conservateur en Turquie a relevé de leurs fonctions une vingtaine de policiers. Il les accuse d’“abus de pouvoirs” mais il se défend de vouloir entraver la justice.

Leurs enquête a pourtant permis l’arrestation de 51 personnes dont un pdg d’une banque publique, des hommes d’affaires proches du parti AKP et surtout les fils des ministres de l’Intérieur, de l’Economie et de l’Environnement.

Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan dénonce une “sale opération planifiée”, une manoeuvre contre son gouvernement dans la foulée des manifestations de mai et juin derniers. “Alors que nous travaillons pour faire de la Turquie l’un des dix premiers pays du monde en 2023, certains cherchent à bloquer notre progression. Il y a ceux qui sont à l‘étranger et il y a ceux qui sont dans notre pays”.

Dans sa ligne de mire, le prédicateur Fethullah Gülen, exilé aux Etats-Unis et à la tête d’une puissante confrérie religieuse qui a soutenu l’AKP pendant dix ans. Mais ce dernier a récemment
condamné sa dérive autocratique et antidémocratique.

Ce vaste mouvement de corruption représenterait 87 milliards d’euros selon la justice financière.

L’opposition dénonce “le plus grand scandale de la République” et appelle Erdogan à démissionner alors que se profile les municipales en mars.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Le président du Soudan du Sud prêt à discuter avec son rival