DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le Sud Soudan face à ses vieux démons


Sud-Soudan

Le Sud Soudan face à ses vieux démons

Les attentes étaient élevées il y a un peu plus de deux ans quand le Sud Soudan célébrait son indépendance. Plusieurs décennies de conflits tribaux étaient mises de côté alors que le pays se rassemblait à l’aube d’un nouvel horizon. Mais il n’a pas fallu longtemps pour que les rivalités refassent surface.

Au coeur de la discorde entre Nuer et Dinka, les principales ethnies : le pétrole, richesse numéro un du pays. La production de 245000 barils par jour compte pour 98% des recettes du gouvernement sud soudanais. Mais le pays est ravagé par la corruption, et faute de répartition des richesses, c’est la pauvreté qui règne.

La crise qui secoue actuellement le pays a commencé entre factions rivales des forces armées. La situation s’est aggravée quand le président Salva Kiir a accusé son ancien vice-président Riek Machar d’avoir tenté un coup d’Etat. Ce dernier rejette ces accusations, mais depuis il commande les soldats qui combattent l’armée régulière.

Salva Kiir et Riek Machar viennent de deux ethnies différentes. Leur rivalité remonte à bien des années en arrière. Depuis le début des violences, l’un et l’autre ont appelé au dialogue pour trouver une solution, mais sur le terrain, les combats se poursuivent.

Héritage de la guerre civile, les armes prolifèrent à travers le pays. Si l’on ajoute à cela les fortes tensions ethniques récurrentes, on obtient un mélange explosif, qui risque de faire replonger le Sud Soudan dans un conflit à grande échelle. Une option que les leaders politiques ne semblent pas craindre, s’ils estiment que cela peut leur permettre prendre ou conserver le pouvoir.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Russie : Pussy Riot, ou la naissance d'icônes anti-Poutine