DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Turquie : l'armée refuse de prendre partie dans la crise politique


Turquie

Turquie : l'armée refuse de prendre partie dans la crise politique

L’armée turque l’a annoncé, aucune implication dans la crise politique turque
Une déclaration après qu’un proche conseiller politique du Premier ministre turc, ait suggéré dans un quotidien que le scandale de corruption qui éclabousse le gouvernement aurait pu être déclenché pour faciliter une intervention de l’armée.

Quand au Conseil d‘état turc, dans un communiqué, il rejette une disposition gouvernementale contraignant les procureurs, les juges, mais aussi les policiers, d’informer leur hiérarchie dès qu’une enquête visant des personnalités est ouverte.

La justice refuse de se plier. Un affront supplémentaire pour le Premier ministre.
Recep Tayyip Erdogan fait face à un scandale, une vaste enquête anti-corruption lancée il y a 15 jours s’étend maintenant son propre fils. “Permettez-moi d‘être clair dit-il. Si le pays nous demande de partir, nous partirons ! Il n’y a pas d’hésitation. Parce que c’est le processus que nous respectons. Mais quand les gens nous disent de rester, nous n’allons pas écouter des personnes qui nous disent de partir !”.

Erdogan fragilisé au sommet de l’Etat, et menacé par la rue. Depuis le remaniement express du gouvernement, différentes organisations ont appelé les Turcs à manifester.
Des rassemblements ont régulièrement lieu dans plusieurs villes de Turquie.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Attentat de Beyrouth : Damas et le Hezbollah mis en cause