DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Bilbo le Hobbit, roi du piratage sur le web en 2013

Vous lisez:

Bilbo le Hobbit, roi du piratage sur le web en 2013

Taille du texte Aa Aa

Entre décembre et janvier, la traditionnelle saison des palmarès et autres rétrospectives bat son plein. Le site spécialisé TorrentFreak propose, lui, un classement des dix films qui ont été le plus piratés cette année par les utilisateurs du réseau P2P Bittorrent.

Sur la plus haute marche trône le premier volet des aventures de Bilbo revisitées par Peter Jackson. Selon les données fournies par Torrentfreak, « le Hobbit : un voyage inattendu » obtient cette pole position avec plus de 8,4 millions de téléchargements. « Django Unchained » de Quentin Tarrentino (8,1 millions de téléchargements) et le sixième opus de « Fast & Furious » (7,9 millions) complètent le podium.

Le classement complet :

  1. Le Hobbit : Un voyage inattendu : 8 400 000 téléchargements
  2. Django Unchained : 8 100 000
  3. Fast And Furious 6 : 7900 000
  4. Iron Man 3 : 7 600 000
  5. Happiness Therapy : 7 500 000
  6. Star Trek Into Darkness :7 400 000
  7. Gangster Squad : 7 200 000
  8. Insaisissables : 7 000 000
  9. Very Bad Trip 3 : 6 900 000
  10. World War Z : 6 700 000

L’énormité du volume de téléchargement laisse à penser que l’industrie du cinéma, les productions estampillées « Hollywood » en particulier, est en train de vaciller. Il n’est rien, du moins pour l’instant. L’année 2013 a été des plus prolifiques en termes de revenus. Aux Etats-Unis, les recettes cumulées sur les 12 derniers mois ont atteint pratiquement 11 milliards de dollars, un record absolu (selon le site spécialisé Box Office Mojo). De plus, ces chiffres ne reposent que sur l’exploitation en salle. Les revenus générés par la vidéo à la demande ou par les ventes de DVD et BluRay ne sont pas ici pris en compte.

Cette année encore les internautes ont massivement utilisé les fameux torrents pour télécharger films et séries télévisées, malgré les différentes politiques anti-piratage mises en place dans de nombreux pays. En France, par exemple, la loi Hadopi n’a pas eu les effets escomptés. L’arsenal répressif n’a pas joué son rôle d’épouvantail. Mais l’utilisation du réseau Bittorent tend à décliner aux Etats-Unis, selon certaines études. Par exemple, pour la société américaine Sandvine, qui a fait du trafic sur les réseaux informatiques l’unes de ses spécialités, les services de vidéo en ligne « légaux » tels que Netflix, qui propose un large catalogue de films et de série dont certaines en exclusivité – telles que « House of Cards », sont en constante progression. Tout le contraire de l’Europe, où le trafic lié aux bittorents s’est encore envolé en 2013.