DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

S'acheter une voiture à Cuba, c'est possible, mais impossible


monde

S'acheter une voiture à Cuba, c'est possible, mais impossible

C‘était une demande de la population cubaine : pouvoir acheter librement des voitures, chose impossible sous le régime communiste local.
C’est désormais possible suite à un décret adopté par le gouvernement.
Sauf que les prix des véhicules neufs sont astronomiques : presque 10 fois plus que les prix pratiqués en France !

Même tarifs exorbitants pour les voitures d’occasion. D’où le désespoir des acheteurs éventuels.

“Je ne suis pas persuadé qu’un simple fonctionnaire puisse s’acheter une voiture à un tel prix, se lamente Guillermo, ingénieur informatique. Même en s’endettant sur 40 ans, je ne crois pas qu’on puisse acheter une voiture comme ça”.

La nouvelle législation supprime le système des lettres d’autorisation, ces documents délivrés jusque-là à quelques privilégiés pour leur permettre d’acheter une voiture.

Les autorités avaient prévenu qu’elles imposeraient une taxe sur le prix d’importation des véhicules, mais là, cela dépasse l’entendement de la population.

30 000 dollars, une simple voiture d’occasion, alors que le salaire mensuel moyen à Cuba est de 20 dollars. “Avec ces prix, non seulement je ne peux pas acheter, mais je ne peux même pas en rêver”, déplore un habitant de la Havane.

Le parc automobile cubain est constitué essentiellement de vieilles voitures américaines des années 50 et de véhicules de l‘époque soviétique.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Madagascar: Rajaonarimampianina l'emporte, Robinson conteste