DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

L'opération "paralysie" continue en Thaïlande


Thaïlande

L'opération "paralysie" continue en Thaïlande

Les manifestants occupent plusieurs intersections clés de Bangkok. Ils se sont rassemblés en masse devant le siège de la police nationale et disent vouloir renforcer le blocus autour des ministères.
La Bourse et le siège du contrôle aérien sont également visés.

Ce lundi, les contestataires emmenés par l’ancien membre de l’opposition Suthep Thaugsuban, ont empêché les fonctionnaires
de se rendre au travail. Ce schéma se répétera jusqu‘à la démission de la Première ministre a affirmé l’opposant.

Les manifestants réclament depuis plus de deux mois la tête de Yingluck Shinawatra. Pour désamorcer la crise, cette dernière a appelé à des élections anticipées le 2 février prochain. Cette proposition a été rejetée par l’opposition qui s’accroche à son idée de remplacer le gouvernement par un “conseil du peuple” non élu.

La Commission électorale a suggéré que le scrutin soit repoussé au 4 mai. La première ministre a invité les dirigeants de l’opposition politique et les représentants des manifestants à une réunion mercredi pour discuter de cette proposition.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Un médecin chinois condamné à la peine de mort avec sursis pour trafic d'enfants