DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Nouvel ultimatum de Londres à l'UE


Le bureau de Bruxelles

Nouvel ultimatum de Londres à l'UE

Une fois encore, le Royaume-Uni jette un pavé dans la mare européenne. S’exprimant dans une conférence, le ministre des Finances George Osborne a appelé l’Union européenne à se réformer pour ne plus décliner, en citant ses problèmes de compétitivité et des dépenses sociales trop lourdes.

“ Il est temps de changer l’Union européenne, de changer notre relation avec elle et de remettre la décision dans les mains du peuple britannique. Voulez-vous rester dans une Europe réformée ou en sortir ? “

Car Londres a promis un référendum sur l’appartenance du pays à l’Europe au plus tard en 2017. Au Parlement européen, cette nouvelle charge n‘étonne guère. La gauche de dénoncer une surenchère populiste :

“ Je trouve très malvenu et plutôt dangereux pour le Royaume-Uni que des responsables d’un grand parti, le parti conservateur, courent après les arguments anti-européens à leur droite. C’est mon interprétation des déclarations de Mr Osborne “, explique l‘élue portugaise Ana Gomes.

Autre débat venu de Londres, faut-il limiter la liberté de mouvement pour les travailleurs venus d’autres pays d’Europe ? Dans le collimateur du gouvernement britannique, les Roumains et Bulgares, qui peuvent désormais venir travailler librement dans le pays.

“ Le débat au Royaume-Uni est ridicule parce qu’ils déforment la réalité. Il y a des politiciens, des populistes à mon sens, qui veulent engranger des votes avec cette affaire, mais je pense que le rôle des politiciens, c’est de dire la vérité “, nous dit l’eurodéputé roumain Marian-Jean Marinescu.

Si le gouvernement Cameron force le trait, c’est aussi parce qu‘à quatre mois des élections européennes, la montée des anti-européens du UKIP menace la droite traditionnelle.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Le bureau de Bruxelles

Présidence grecque de l'Union : Samaras met en avant les efforts de la Grèce