DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Avortement en Espagne : séance houleuse au Parlement européen

Vous lisez:

Avortement en Espagne : séance houleuse au Parlement européen

Taille du texte Aa Aa

La séance aura été agitée mais pouvait-il en être autrement ? Le Parlement européen a débattu du projet de loi espagnol sur l’avortement. Un projet du gouvernement conservateur qui supprime presque entièrement le droit à l’IVG. Pour la socialiste espagnole Iratxe García Pérez, l’affront de trop.

“ Le gouvernement a oublié les nouveaux-nés, les enfants qui vivent aujourd’hui sous le seuil de pauvreté parce qu’on oblige déjà les femmes à avoir des enfants avec des handicaps alors même qu’on retire les aides aux familles dépendantes “, a-t-elle lancé.

Avec la nouvelle loi, l’avortement ne serait plus autorisé qu’en cas de danger pour la vie ou la santé de la mère, ou en cas de viol à condition qu’il y ait eu plainte.

“ Si vous pensez que les femmes sont suffisamment compétentes pour diriger l’Allemagne ou le FMI, alors, elles sont évidemment tout aussi compétentes pour disposer de leurs propres corps et de leurs propres vies “, s’est insurgée la libérale néerlandaise Sophie in’t Veld.

Le Parti populaire européen aura tenté en vain d’empêcher le débat qui n’a d’ailleurs été suivi d’aucun vote. L’ancien ministre conservateur Jaime Mayor Oreja en est convaincu, les anti-avortement sont plus nombreux qu’on le croit :

“ Il y a beaucoup d’Européens, beaucoup d’Espagnols qui ne se résignent pas à accepter la non-protection de l‘être vivant, de l‘être humain le plus vulnérable, qui est le foetus. “

Actuellement, l’Espagne autorise l’avortement jusqu‘à 14 semaines de grossesse ou jusqu‘à 22 en cas de malformation du foetus. Le nouveau texte devrait être discuté au parlement espagnol dans deux mois.