DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Passeports à vendre : le Parlement européen s'insurge


Le bureau de Bruxelles

Passeports à vendre : le Parlement européen s'insurge

La citoyenneté européenne ne doit pas être à vendre. C’est ce que dit une résolution du Parlement européen votée à une très large majorité ce jeudi. La réponse au projet de Malte de vendre 1.800 passeports sans obligation de résidence.

650.000 euros, c’est ce que coûtera à un ressortissant non-européen la citoyenneté maltaise. Pour le gouvernement maltais, c’est une façon comme une autre d’attirer des fonds. Mais la question a donné lieu à un débat houleux au Parlement.

“ Nous nous demandons si c’est en accord avec les règles sur la citoyenneté européenne car lorsque quelqu’un devient citoyen maltais, cette personne peut voyager et s’installer dans toute l’Europe et donc la décision de Malte a une influence sur tous les autres pays membres “, précise l’eurodéputé néerlandais Jan Mulder.

Malte n’est pourtant pas la première à monnayer les passeports. C’est aussi le cas de Chypre et de l’Autriche. D’autres pays ont des systèmes similaires mais monnayent plutôt les titres de séjour. Du coup, la résolution appelle la Commission européenne à vérifier si tout cela est en confirmité avec les traités européens et les règles anti-discrimination.

“ Ca va accentuer une compétition qui existe déjà entre les Etats membres et cela aura des conséquences. Accorder un visa ou un droit à la nationalité tant que cela apporte de l’argent, ça signifie à terme que les étrangers ne seront pas admis en Europe s’ils sont pauvres, seuls seront admis ceux qui auront de l’argent “, proteste l’eurodéputé portugais Rui Tavares.

Certains s’inquiètent aussi des risques de blanchiment d’argent sale, mais Malte a fait ses comptes. Le gouvernement espère encaisser ainsi 30 milllions d’euros la première année.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Le bureau de Bruxelles

Nouvel ultimatum de Londres à l'UE