DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Etats-Unis : réformer le renseignement oui, mais à minima

Vous lisez:

Etats-Unis : réformer le renseignement oui, mais à minima

Taille du texte Aa Aa

La réforme du renseignement américain est sur les rails. Sept mois après les premières révélations Snowden, la Maison Blanche a décidé de rogner les pouvoirs de l’Agence nationale de sécurité.

Tout d’abord, en matière de collecte de métadonnées téléphoniques. Pas question d’y renoncer, mais l’accès aux numéros de téléphone, à l’heure et à la durée des appels sera soumis à une décision de justice. Et le stockage de ces données pourrait être confié à un tiers.

“Les réformes que je propose aujourd’hui devraient rassurer les Américains sur le fait que leurs droits sont protégés, même si le renseignement et la police conservent les outils nécessaires à assurer notre sécurité,” a déclaré le Président américain.

Par ailleurs, Barack Obama a interdit à ses services secrets d’espionner les dirigeants étrangers considérés comme de proches alliés des Etats-Unis. Sauf, bien sûr, circonstances exceptionnelles.

“Nos efforts ne seront efficaces que si les citoyens ordinaires des autres pays font confiance aux Etats-Unis pour respecter leur vie privée. Les dirigeants de nos proches amis et alliés méritent de savoir que si je veux savoir ce qu’ils pensent sur un sujet, je prendrai mon téléphone et les appellerai plutôt que de me tourner vers les renseignements,” a insisté Barack Obama.

Les révélations d’Edward Snowden sur les écoutes de dirigeants alliés par la NSA avaient fait scandale. Pour restaurer la confiance, Barack Obama propose une coopération accrue entre agences de renseignement.