DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Espionnage : réactions mitigées au discours de Barack Obama

Vous lisez:

Espionnage : réactions mitigées au discours de Barack Obama

Taille du texte Aa Aa

Les réactions au discours de Barack Obama vendredi sur les réformes des pratiques de surveillance étaient mitigées. Le président américain annoncé son intention de diminuer les pouvoirs de la NSA, l’Agence de sécurité nationale, en réformant la collecte de données téléphoniques, sans pour autant y renoncer.
Il a également affirmé qu’il interdisait désormais aux services secrets américains d’espionner des dizaines de dirigeants étrangers considérés comme les plus proches alliés des Etats-Unis.

Pour Cindy Cohn, directrice juridique de la Fondation Frontière Electronique, ce n’est pas suffisant. “L’Agence de sécurité nationale a outrepassé ses limites en ce qui concerne la vie privée des gens innocents dans toute une série de domaine, a-t-elle souligné. S’il est bon que le Président choisisse les mesures les plus faciles et rendent les choses meilleures, je ne pense pas que nous ne devrions pas perdre de vue l’ensemble du tableau alors que nous avons toujours un très long chemin à parcourir”.

La vice-présidente de la Commission européenne, Viviane Reding, a pris acte d’“un pas dans la bonne direction”, mais souligné que l’UE attendait encore des actes concrets de M. Obama.

Des organisations de défense de la vie privée ont pointé les insuffisances à leurs yeux des mesures annoncées vendredi. “La décision de ne pas mettre fin à la collecte et au stockage des données de tous les Américains reste très perturbante”, a jugé la puissante association ACLU.

A Berlin, le gouvernement a salué “le fait que la protection des données et les droits de la personne seront à l’avenir davantage respectés, notamment pour les citoyens non-américains”, selon son porte-parole, Steffen Seibert.

Avec AFP et Reuters