DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Violences inédites à Maïdan


Ukraine

Violences inédites à Maïdan

Une nuit d’une rare violence au coeur de Kiev. Après une manifestation pacifique de 200 000 opposants pro-européens, plusieurs centaines de protestataires se sont attaqués aux forces de l’ordre.

Ils ont criblé de pavés les policiers, lancé des coktails molotovs. Ils se sont emparés de fourgons de police, ils ont incendié au moins cinq autobus.
Tout a commencé lorsque ces manifestants ont tenté de franchir un cordon de policiers qui bloquait l’accès au parlement, non loin de Maïdan.
Selon les services médicaux, 24 personnes ont été blessées et trois hospitalisées. La police a chiffré à 70 le nombre de ses hommes blessés.
Les forces de l’ordre ont répondu à coup de gaz lacrymogènes et de matraque. Quelques protestataires ont été arrêtés. Près de trois heures après le début des affrontements, la police a employé des canons à eau,par moins 7 degrès, officiellement pour éteindre les incendies.
Hier soir, le président Viktor Ianoukovitch a promis de créer une commission avec des représentants de l’opposition pour mettre fin à la crise politique.
Les manifestants s‘étaient mobilisés pour braver de nouvelles lois renforçant les sanctions à l‘égard des protestataires mobilisés depuis décembre place de l’Indépendance contre le refus d’accord d’association avec l’Union européenne. Washington a appelé à la désescalade de la situation et brandi la menace de sanctions.

“Les affrontements ont duré toute la nuit, entre grenades assourdissantes, gaz lacrymogènes et coktails molotov. La frange la plus radicale des manifestants n’est pas prête à jeter l‘éponge. Ils attendent semble-t-il l’assaut final, s’il doit avoir lieu. On attend aussi un quelconque résultat des négociations nationales et de l’intervention des diplomates américains.” Sergio Cantone, euronews, Kiev.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Un nouvel attentat revendiqué par les talibans du Pakistan