DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Ukraine : les nouvelles lois répressives promettent de nouvelles épreuves de force


Ukraine

Ukraine : les nouvelles lois répressives promettent de nouvelles épreuves de force

Le centre de Kiev comme un champ de bataille… La capitale ukrainienne était calme ce mardi, après une deuxième nuit consécutive d’affrontements entre police et manifestants.

Le campement et les barricades tiennent maintenant depuis deux mois et la mobilisation a été relancée la semaine dernière par l’adoption d’une nouvelle série de lois très répressives dirigées contre les fauteurs de trouble.

Ces lois entrent en vigueur ce mercredi.

Roman Romanov, analyste politique :
“Toutes les définitions qui se trouvent dans ces nouveaux textes sont très peu clairs, qu’est-ce que l’extrémisme, qu’est-ce qu’une activité politique, qu’est-ce qu’un agent étranger ? Aucun avocat dans le pays ne pourrait vous donner d’explications claires sur la définition de ces notions”.

L’opposition a accusé le gouvernement d’avoir payé des hommes pour semer la violence et le vandalisme et discréditer le mouvement… Un groupe d’entre eux a été arrêté par la sécurité des manifestants et exclu du campement de la place de l’Indépendance.

Témoignages dans les rues de Kiev :
“Je suis écœurée, déclare une femme, comme la plus grande part de la population ukrainienne, par ces lois qui violent nos droits civiques et qui sont anti-démocratiques”.

“Le mot “liberté a cessé d’exister en Ukraine, pense un jeune homme. Des restrictions nous sont imposées et nous ne pouvons pas le tolérer”.

Sergio Cantone, correspondant d’Euronews à Kiev :
“Si l’on demande au gouvernement de revenir sur ces nouvelles lois répressives, c’est parce que c’est une question de droit, mais aussi parce qu’il y a une signification politique énorme”.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Couple franco-allemand: Fabius et Steinmeier comptent voyager ensemble