DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Ukraine : les opposants ne baissent pas la garde


Ukraine

Ukraine : les opposants ne baissent pas la garde

L’annonce du président Viktor Ianoukovitch d’un futur remaniement du gouvernement ne semble pas convaincre les activistes. Ces derniers maintiennent leurs positions dans le centre de Kiev.

Pas d’accrochages, pas d’affrontements avec les forces de l’ordre. C’est apparemment un calme précaire.

Certains manifestants anti-gouvernementaux sont allés ce vendredi devant le siège de la délégation de l’Union européenne à Kiev. Objectif : faire pression pour que Bruxelles adopte des sanctions contre les dirigeants ukrainiens.

Selon un des manifestants, “il faudrait imposer des sanctions contre les députés, contre les membres du gouvernement, et plus important encore, contre les oligarques, car ce sont eux qui orientent la politique en Ukraine, ils manipulent les députés et ils ont leurs comptes bancaires à l‘étranger”.

Pour marquer les esprits, les manifestants ont réalisé une performance devant l’entrée du bâtiment. La mise en scène est sobre mais explicite : une carte de l’Europe posée au sol, et debout sur cette carte, une jeune femme, qui représente l’Ukraine, en train de saigner.

“On veut montrer, à notre manière, les choses horribles qui se passent en Ukraine en ce moment”, explique un des opposants. “On assiste à un bain de sang, ajoute-t-il”. “On fait cette mise en scène devant l’ambassade d’Allemagne, puis on le refera devant l’ambassade de Pologne et d’Autriche.”

“Des sanctions ont déjà été envisagées par l’ambassade américaine, explique Maria Korenyuk, correspondante d’euronews à Kiev. Il s’agit de supprimer les visas pour les officiels qui seraient impliqués dans les violences contre les manifestants pacifiques. Les protestataires voudraient à présent que l’Europe fasse de même”.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Il y a trois ans,la révolution égyptienne