DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Inde : les projecteurs médiatiques braqués sur Valérie Trierweiler


Inde

Inde : les projecteurs médiatiques braqués sur Valérie Trierweiler

“Je remercie les journalistes français d‘être venus s’intéresser à la malnutrition” dixit Valérie Trierweiler en visite en Inde. Arrivée la nuit dernière à Bombay pour soutenir l’ONG Action contre la faim, la journaliste faisait sa première apparition publique depuis l’annonce officielle samedi de sa séparation d’avec le chef de l’Etat français et surtout depuis les révélations sur une relation supposée de François Hollande avec l’actrice Julie Gayet.

L’ancienne première dame a notamment visité un hôpital, assisté à un déjeuner de levée de fonds avec des femmes de chefs
d’entreprise et participé au lancement d’une fondation qui lutte contre la faim. “Je ne peux pas supporter que des enfants aient moins de chances que d’autres. Il faut essayer de donner à chacun le plus de chances. En Inde, il y a beaucoup d’enfants qui souffrent de malnutrition”.

Interrogée sur son avenir, Valérie Trierweiler a répondu qu’il ne fallait pas s’inquiéter pour elle. Concernant son bilan de première dame, elle a estimé que ce n‘était pas à elle de le dresser, mais que pendant dix-neuf mois elle avait pu “découvrir des gens qu’elle ne connaissait pas ainsi qu’une partie d’elle-même qu’elle ignorait”.

Avec AFP et Reuters

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Auto-traduction

Prochain article

monde

Egypte: l'armée demande au "maréchal" Sissi d'être candidat à la présidence