DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Pete Seeger : une "légende" est morte, celle du folk

Vous lisez:

Pete Seeger : une "légende" est morte, celle du folk

Taille du texte Aa Aa

La boucle est bouclée pour la “légende” américaine du folk et de la chanson protestataire. Pete Seeger est mort là où il était né, dans sa chère ville de New York. Bob Dylan, Bruce Springsteen, Joan Baez, entre autres, le pleurent car ils lui doivent tant…C’est au festival folk de Newport, co-fondé par le musicien au tout début des années 60, que Dylan et Baez ont commencé à se faire connaître. Quant à Springsteen, son album “We Shall Overcome”, sorti en 2006, était un hommage rendu au maître. Pour le 90ème anniversaire de Pete Seeger, le “Boss” avait dit de lui sur scène : “C’est une lame cachée enfoncée dans le coeur des illusions américaines”.

Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que Seeger avait été surnommé le “diapason de l’Amérique”. Son oeuvre, l’une des plus importantes dans le répertoire du folk et du “protest song”, a montré la voie et donné la parole à de nombreux chanteurs engagés dans le monde. L’artiste a remporté quatre Grammy Awards dans sa carrière et sa chanson “Goodnight, Irene” a caracolé en tête du hit-parade américain pendant 13 semaines à l’automne 1950. Ce ne sont pas les succès qui faisaient la fierté de Pete Seeger mais l’empreinte qu’il laissait dans l’histoire sociale et musicale de son pays. Il a été de tous les combats, contre le fascisme, contre le Maccarthysme, contre la guerre du Vietnam, pour le pacifisme, pour la défense des droits civiques des Noirs américains, pour la cause écologiste…

Le musicien est tombé dans le folk quand il était petit. Il accompagnait son père au banjo dans les festivals de “square dance”. Aux études de sociologie et de journalisme à Harvard, qu’il a très vite laissé tomber, il a préféré le voyage et la musique. La rencontre qui va décider de sa vie est celle de Woodie Guthrie, chanteur, poète, autre pionnier du folk. Ensemble, ils créent le groupe The Almanac Singers en 1940 et écrivent des chansons qui deviendront des grands classiques. Le groupe ne tiendra pas, dix ans plus tard, Pete Seeger fonde The Weavers. Puis il se lasse et parcourt les Etats-Unis seul avec son meilleur ami, son banjo.

De chaque période controversée de l’histoire américaine naît au moins une chanson protestataire emblématique. Pendant le Maccarthysme, le musicien est pris en chasse comme de nombreuses autres “sorcières” car il était membre du Parti communiste. “If I Had a Hammer” (transformée en “Si j’avais un marteau” par Claude François) est jugée subversive et ne pourra être enregistrée qu’en 1956. En pleine lutte pour défendre les droits civiques des Noirs, Pete Seeger devient l’ami de Martin Luther King. Il s’inspire d’un gospel pour composer “We Shall Overcome” qui deviendra l’hymne du mouvement. Au moment de la guerre du Vietnam, plusieurs de ses chansons seront censurées.

Il faudra attendre 2009 pour que Pete Seeger monte sur une scène, non plus pour critiquer un dirigeant américain mais pour l’encourager. Lors d’un concert d’inauguration du premier mandat de Barack Obama à Washington, la “légende” du folk entonnera “This Land is our Land” avec son petit-fils, Tao Rodriguez Seeger, qui a repris le flambeau.