DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

La crise monétaire des marchés émergents inquiète toujours les marchés européens


économie

La crise monétaire des marchés émergents inquiète toujours les marchés européens

Les effets positifs de la massive augmentation des taux d’intérêt en Turquie sur les autres monnaies émergentes sont caduques mercredi soir.

En effet, en Russie, le rouble : après un début de cotation en hausse perdait 0,6% par rapport à l’euro et au dollar, retrouvant un de ses plus bas historiques vis-à-vis de ces deux monnaies.

Plus près de nous, en Hongrie, la monnaie, le Forint s’est affaibli à un plus bas de deux ans face à l’euro. En Hongrie, les opérateurs soulignent la mollesse du communiqué du gouverneur de la Banque centrale, un environnement de marché négatif et une aversion grandissante au risque sur les marchés émergents.

Même en Afrique du sud oú la Banque centrale a augmenté son principal taux d’intérêt d’un demi point mercredi matin, la monnaie nationale, le rand s’effritait.
On peut donc dire que les banques centrales des pays émergents sont passées à l’action pour enrayer la dégringolade des monnaies et la fuite des capitaux mais pour un succès très limité finalement.
Et mercredi soir, les marchés boursiers d’Europe occidentale tiennent compte de cette situation car les indices sont en baisse en clôture. Les reculs ne dépassent pas 1% et l’indice Ibex de Madrid est même légèrement positif.
L’euro est stable sur le marché des changes à 1 dollar 3660.
Les cours du pétrole brut sont quasiment inchangés à près de 108 dollars pour un baril de Brent et 97 dollars pour un baril de brut léger américain.
L’once d’or affiche 1262 dollars mercredi soir.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

économie

L'Union européenne compense l'embargo russe sur le vin de Moldavie