DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les freelances italiens en guerre contre les mauvais payeurs

Vous lisez:

Les freelances italiens en guerre contre les mauvais payeurs

Taille du texte Aa Aa

Le travail freelance est souvent perçu comme une situation de liberté totale. Choix des missions, flexibilité des horaires de travail ou encore possibilité de voyager tout en continuant son activité sont autant d’arguments susceptibles de faire pencher la balance.

Et selon une étude de Milliennial Branding, de plus en plus de particuliers seraient tentés par ce type de travail. Attendu qu’en 2020, quatre actifs sur dix seraient indépendants. Les premiers concernés : les jeunes diplômés de la Génération Y, qui représentent déjà plus de la moitié des travailleurs indépendants interrogés dans l’étude de Milliennial Branding.

Mais alors indépendance veut-elle vraiment dire liberté ? Pas à en croire les trois membres du collectif italien Zero, qui en début de semaine dernière ont fait le buzz avec trois vidéos diffusées sur le net. A la base de ce coup médiatique, le constat qu’aujourd’hui il n’existe aucune valorisation du travail des jeunes indépendants en Italie.

Payer un graphiste, pourquoi faire ?

Réclamer un salaire lorsque l’on est un jeune freelance chez les transalpins semble relever du défi. Ces trois réalisateurs et monteurs vidéo entendent alors défendre le respect des métiers de “création” à travers leurs films humoristiques. Trouverions-nous cela normal de ne pas payer un plombier une fois son travail effectué ? Bien sûr que non, alors pourquoi est-ce le quotidien des réalisateurs, graphistes ou autres illustrateurs en Italie ?

Très vite repris par les médias nationaux, cette initiative a envahi la toile et les #coglioneNO (pas des couillons) ont peu à peu fait leur apparition. Des centaines de jeunes, de divers pays, se sont reconnus dans cette critique sociale. Alors que le Parlement européen a adopté une résolution appelant à une protection sociale plus adaptée au nombre croissant des indépendants, la route vers une régularisation du travail freelance semble encore semée d’embûches.