DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Tim's Vermeer : le peintre hollandais était un geek


cinema

Tim's Vermeer : le peintre hollandais était un geek

En partenariat avec

Quelles techniques utilisait Vermeer pour peindre des toiles d’un réalisme quasi photographique?

Dans le documentaire “Tim’s Vermeer”, l’ingénieur et inventeur texan Tim Jenison rend compte de son enquête de huit ans sur les traces du peintre hollandais du XVIIème. Sa théorie : pour atteindre la perfection, le Maître utilisait une camera obscura, l’ancêtre de l’appareil photo.

Pour réaliser et produire son film, Tim Jenison s’est tourné vers les célèbres illusionnistes américains Penn and Teller. Teller s’est attelé à la réalisation, Penn Jillette, à la production. Tous deux étaient présents lors de la première à Los Angeles.

“J’aime savoir comment les trucages sont réalisés, a expliqué Teller, parce que quand vous voyez seulement l’illusion, l’effet final, vous n’en retirez qu’un seul niveau de plaisir. Ce film explore vraiment comment cet exploit stupéfiant a pu être effectué.”

“Eh bien, si ma théorie est juste, et elle a très bien fonctionné, on peut dire, si je ne me trompe pas, que Vermeer était une sorte d’artiste de “geek”, un mordu de technologie, une sorte d’inventeur, et on sait aussi qu’il travaillait très très dur. Chaque tableau lui prenait au moins six mois. Donc il travaillait très lentement, mais cela donne une image parfaite,” s’enthousiasme Tim Jenison.

Tim Jenison est allé jusqu‘à reconstituer l’atelier de Vermeer pour tester sa théorie. Théorie inspirée par le livre de l’artiste britannique David Hockney sur les techniques perdues des anciens maîtres. Lui aussi était venu assister à la première . “ Je pense que c’est la méthode qu’il a vraiment utilisée, et il est fascinant, absolument fascinant, qu’il ait utilisé cette méthode en 1660,” a-t-il commenté.

Tim Jenison n’a pas lésiné sur les moyens : étude du néerlandais, reconstitution numérique de la maison de Vermeer ou encore traduction d’ouvrages d’arts anciens écrits en latin.

Le choix de la rédaction

Prochain article

cinema

"Dallas buyer club" : la sortie en attendant les Oscars...