DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Vidéo choc en Australie pour lutter contre l'école buissonnière


monde

Vidéo choc en Australie pour lutter contre l'école buissonnière

La Nouvelle-Zélande avait déjà fait le buzz début janvier avec une vidéo choc en faveur de la sécurité routière. Son voisin australien vient de l’imiter. Le ministère de l‘éducation nationale du “sixième continent” a lancé mercredi une campagne pour lutter contre l‘école buissonnière. Un clip d’1 minute et 46 secondes qui met en scène quatre adolescents délaissant les cours pour aller à la plage. A bord d’un van, ils s‘évadent à la recherche d’ un espace tranquille. Des images jusque-là digne d’une publicité pour une agence de voyage.

La suite est beaucoup plus tragique. Alors que les couples se forment et que les sourires se font de plus en plus nombreux, une première adolescente se retrouve pulvérisée à la surprise générale. Bientôt suivie par les deux hommes de l’aventure. Seule une adolescente reste en vie sur la plage. Au fur et à mesure que la séquence se déroule, on se rend compte que la petite compagnie se trouve sur un terrain miné. La vidéo se termine par un message signifiant : « Voilà ce qu ‘il se passe quand vous séchez, restez chez vous. »

Une vidéo virale

Mais après quelques recherches, il s’avère que la fondation Learn For Life censée être à l’origine de la vidéo n’existe pas. En effet, son site web est un hoax, autrement dit un canular informatique. Le site who. is révèle que les hébergeurs ne sont autres que Henry Inglis et Aaron McCann, les créateurs de la video. Les deux humoristes, bien connus dans leur pays ont indiqué dans un entretien accordé au site australien News : « vouloir mettre en contradiction les standards de la publicité.»

Plus de 3 millions de vues sur Youtube en deux jours

Du reste, les deux Australiens ont reussi leur coup. Diffusée le 28 janvier sur Youtube, la vidéo a affolé les compteurs avec plus de 3 millions de vues et ne cesse de se répandre ces dernières heures. Elle circule dans le monde entier et pourrait bien dépasser rapidement sa voisine néo-zélandaise qui enregistre plus de 8 millions de vues à ce jour.

Prochain article

monde

Le complexe nucléaire britannique de Sellafield en alerte