DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Greenpeace tente d'alerter sur les risques du nucléaire en Hongrie


Hongrie

Greenpeace tente d'alerter sur les risques du nucléaire en Hongrie

Les militants de l’organisation écologiste ont pris d’assaut de manière symbolique la statue de la liberté à Budapest. Des bannières jaunes pour dire non à l’agrandissement d’une centrale nucléaire. Non à ses risques et à son coût que l’ONG estime disproportionner compte tenu des finances du pays.

“Nous ne serons pas en mesure de profiter des opportunités dans les énergies renouvelables si nous nous engageons dès maintenant dans un investissement aussi important. Si nous utilisons tout cet argent, nous allons alourdir le fardeau des générations futures avec un prêt énorme”, estime cette représentante de Greenpeace.

Le projet est évalué à 12 milliards d’euros financés par un prêt de 30 ans alloué par Moscou.

Hier, l’opposition de centre-gauche avait peu mobilisé lors d’une manifestation pour s’opposer à l’agrandissement de la centrale de Paks, situé à 100 km de Budapest. Deux nouveaux réacteurs doivent être ajoutés au site en vertu d’un accord signé le 14 janvier dernier entre le Premier ministre hongrois Viktor Orban et le président russe Vladimir Poutine.

“Alors que les militants de Greenpeace protestent contre l’agrandissement de la centrale nucléaire de Paks, les commissions compétentes du Parlement ont déjà commencé le débat sur le projet de loi”, explique notre correspondante, Andrea Hajagos.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Russie : un lycéen à l'origine d'une prise d'otage