DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Syrie : une crise humanitaire d'une ampleur inédite


Syrie

Syrie : une crise humanitaire d'une ampleur inédite

Des écoles et des hôpitaux visés par les bombardements, une aide en nourriture et en médicaments disponible mais bloquée par les combats : à Rome, le groupe de travail international sur les défis humanitaires générés par le conflit syrien, n’a pu que dresser un constat d‘échec. Celui de la communauté internationale, qui n’a pas su obliger Damas à tenir ses engagements.

“Le gouvernement syrien a signé toutes les conventions humanitaires et quand bien même je peux comprendre la lutte contre le terrorisme ou l’extrémisme, elle ne peut justifier le fait d’affamer des populations, la torture, les meurtres et j’en passe,” a d’emblée déclaré la ministre italienne des Affaires étrangères, Emma Bonino.

La faim et les armes ont fait près de 130 000 morts depuis le début du conflit, il y a trois ans. 10% de ces victimes sont des enfants, tués dans des explosions ou pris pour cible par des tireurs embusqués.

Si l’utilisation d’armes chimiques a été la plus spectaculaire violation du droit international, le récent rapport sur le recours systématique du régime à la torture est venu alourdir encore davantage le dossier.

Et puis, il y a les réfugiés. Ceux pris au piège dans des villes assiégées, sans accès à l’aide humanitaire. Et ceux qui ont fui le pays. Cette crise humanitaire est aussi complexe qu’inédite.

“En tout juste un an, le nombre de personnes déplacées dans le pays a été multiplié par quatre. Il y a aussi quatre fois plus de réfugiés. Plus de 40% de la population de Syrie ont à présent besoin d’une aide humanitaire. Donc l‘échelle du défi à relever est sans précédent,” reconnaît Rajiv Shah, à la tête de l’agence américaine pour le développement international.

Le Haut Commissariat de l’ONU aux réfugiés recense 6 millions de déplacés à l’intérieur du pays. 750 000 Syriens se sont réfugiés au Liban – l‘équivalent de 11 millions de personnes qui viendraient s’installer au Royaume Uni. Les réfugiés syriens sont nombreux également en Jordanie (660 000), en Turquie (600 000), en Irak (200 000) et en Egypte (120 000). Au total, ils sont 2,5 millions à avoir émigré dans les pays voisins.

2,5 millions de réfugiés qui vivent dans des conditions précaires, installés sous des tentes dressées à la hâte, leurs seuls remparts contre le froid. Les ONG dénoncent de graves pénuries sanitaires et alimentaires.

L’Union européenne s’est engagée à reloger 0,5% de ces réfugiés, soit 12 500 personnes, les plus vulnérables seulement, dans ses Etats-membres. Une goutte d’eau dans l’océan de ce drame humain qui menace de déstabiliser la région.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Greenpeace tente d'alerter sur les risques du nucléaire en Hongrie