DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Ukraine : une aide occidentale pour accompagner le redressement économique ?


Ukraine

Ukraine : une aide occidentale pour accompagner le redressement économique ?

La chef de la diplomatie européenne, en visite en Ukraine pour deux jours. Catherine Ashton doit s’entretenir avec les autorités du pays et avec les représentants de l’opposition.

Il sera notamment question de l’aide financière que l’Union européenne et les Etats-Unis pourraient fournir à Kiev. Cet hypothétique appui financier dépend évidemment de l‘évolution de la situation politique.

En tout cas, côté européen, on assure qu’il ne s’agit pas de faire de la surenchère par rapport à l’enveloppe promise par la Russie.

Le président de la Commission José Manuel Barroso a ainsi rappelé ce lundi qu’il n‘était pas question de “payer quoi que ce soit pour qu’un pays signe un accord d’association”.

La crise a débuté avec la décision de Kiev de ne pas signer un accord avec l’Union européenne, le président ukrainien préférant se tourner vers le voisin russe.

Viktor Ianoukovitch est réapparu ce lundi après quatre jours d’absence, pour raison de santé. Il en a profité pour dénoncer “l’attitude extrémiste des manifestants” et “la lutte pour le pouvoir” qui, selon lui, anime l’opposition.

De son côté, le ministre ukrainien des Affaires étrangères Léonid Kojara a adopté un discours plus conciliant. “Oui, il est possible de parler de changements constitutionnels pour faire évoluer le régime présidentiel vers un régime semi-présidentiel”, a-t-il fait savoir, ajoutant que le président Ianoukovitch lui-même était “ouvert à la discussion”.

Depuis début décembre, les manifestants occupent la place de l’indépendance à Kiev. Les plus radicaux répètent qu’il est hors de question qu’ils enlèvent les barricades tant que le président Viktor Ianoukovitch n’aura pas démissionné.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

"Neknomination" : quand alcool et réseaux sociaux ne font pas bon ménage