DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Un fédéraliste convaincu tête d'affiche des Libéraux européens


Insight

Un fédéraliste convaincu tête d'affiche des Libéraux européens

Pour la première fois, les formations paneuropéennes ont choisi ou vont choisir un candidat pour mener les élections qui se tiendront dans les 28 Etats de l’Union en mai prochain. Chaque candidat sera en lice pour le poste de Président de la commission européenne.
Les socialistes européens ont déjà choisi l’Allemand Martin Schulz, les Verts ont choisi un tandem composé du Français José Bové et de l’Allemande Ska Keller et la Gauche radicale sera emmenée par le Grec Alexis Tsipras. Le Parti populaire européen choisira lui sa tête d’affiche en mars.
Et depuis ce week-end, on connaît le candidat des Libéraux : il s’agit de l’ancien Premier ministre belge Guy Verhofstadt, un fédéraliste convaincu, il sera associé à l’actuel commissaire européen aux affaires économiques et monétaires, le Finlandais Olli Rehn.

Au micro d’euronews, Guy Verhofstadt a fustigé les mouvements anti-européens dont il dit qu’il n’ont aucune solution ni au chômage ni aux autres grands défis européens. Il a aussi laissé entendre que les Libéraux espéraient jouer les arbitres à l’issue des élections européennes. “ Je veux gagner des voix et des sièges pour être en bonne position après les élections. Parce que c’est de cela qu’il s’agit. Mais je suis sûr d’une chose : ni les conservateurs ni les socialistes n’auront la majorité. Une négociation avec nous, la troisième force du Parlement, sera nécessaire. Et nous sommes prêts à avoir une telle négociation, mais tout d’abord, nous voulons obtenir des votes et des sièges “, nous a-t-il confié.

Le correspondant à Bruxelles du quotidien français “ Libération “, Jean Quatremer, nous livre son analyse : “ Guy Verhofstadt n’ a pas la moindre chance de devenir le Président de la Commission européenne, d’ailleurs ce n’est pour ça qu’il concourt. Il est clair que le prochain président sera un candidat issu d’une des deux grandes familles qui arrivera en tête des élections européennes, c’est-à-dire soit le PPE, le parti conservateur européen, soit le parti socialiste européen. Donc Guy Verhofstadt est plutôt dans une logique de se positionner pour peser sur les négociations à venir, c’est-à-dire à la fois essayer de constituer un grand groupe politique, qui soit le troisième groupe du Parlement européen, un groupe absolument incontournable qui lui permettrait ainsi de devenir peut-être le Président du Parlement européen. Et Président du Parlement européen non pas pour deux ans et demi mais pour cinq ans, puisque la famille libérale apportera son soutien à l’un des candidats, soit socialiste, soit conservateur, et en échange de ce soutien Guy Verhofstadt pourra revendiquer le poste pour cinq ans. “

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Insight

Interview: Obama ne délaisse pas l'Europe pour l'Asie