DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Facebook monétise enfin son audience sur les supports mobiles


entreprises

Facebook monétise enfin son audience sur les supports mobiles

Rappelez-vous : Facebook avait totalement manqué son introduction en bourse sur le Nasdaq en mai 2012 : problèmes techniques et chute du cours : en trois mois l’action Facebook avait perdu plus de la moitié de son introduction.

En moins de deux ans, l‘échec boursier va se muer en plebiscite de la part du marché pour Facebook grâce à une progression de ses résultats, aussi rapide que géométrique.

L’année 2013 a apporté près de 8 milliards de dollars de revenus au réseau social pour un bénéfice net de 1,5 milliard : pas mal pour une entreprise qui n’avait pas dix ans d‘âge à l‘époque.

La cerise sur le gâteau c’est la progression de la valorisation boursière de facebook à 156 milliards de dollars il y a quelques jours. Oui, les opérateurs ont bien récompensé Facebook.

“Leur capacité à monétiser leur audience est soutenue par le fait que les utilisateurs se servent de l’application, explique Rick Summer, analyste chez Morningstar. Et ce sera très convaincant tant qu’on pensera que les utilisateurs vont s’en servir encore cinq ou dix ans : c’est la question la plus importante qui pèse sur l’action Facebook”.

Monétiser son audience sur les supports mobiles : c’est ce que Facebook a réussi à faire au quatrième trimestre l’an dernier en affichant 53% de ses recettes publicitaires totales dans le mobile, soit 1 milliard et deux cents millions d’euros.

Au début de l’année 2012, les revenus de Facebook tirés des supports mobiles n’existaient pas.

Selon certaines études récentes, Facebook souffrirait d’une certaine désaffection des adolescents qui considèrent le réseau social moins branché que ses nouveaux rivaux tel Twitter, Snapchat ou Instagram.

Facebook va devoir très bientôt répondre à la question suivante : comment un réseau de 1 milliard 200 millions de membres peut-il rester attractif ?

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

entreprises

Microsoft la solution interne pour remplacer Steve Ballmer