DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Italie : les "feux vampires" acquittés

Vous lisez:

Italie : les "feux vampires" acquittés

Taille du texte Aa Aa

L’affaire avait fait grand bruit en Italie. Plusieurs communes avaient été accusées de remplir indûment leurs caisses en trafiquant des radars automatiques de feux rouges. Le tribunal de Milan vient de rendre son verdict concernant une plainte déposée par des automobilistes de Segrate, une ville située non loin de la capitale de Lombardie.

Six acquittements ont été prononcés, dont celui du maire de Segrate, Adriano Alessandrini. Seules deux personnes ont été condamnées à des peines de prisons. L’un des responsables de l’entreprise – Ci.ti.esse – commercialisant le fameux dispositif a écopé de quatre ans de prisons. Le directeur de la compagnie qui a obtenu l’ensemble du marché a été, lui, condamné à un an. Les deux hommes ont été jugés coupables d’irrégularité dans la procédure et la gestion des appels d’offre.

Mais la justice milanaise n’a pas poursuivi les prévenus pour association de malfaiteurs et abus de pouvoir, ce qui été réclamé par la défense. De plus, le tribunal a estimé que dispositif “T-red” installé sur les feux de la cité lombarde est tout à fait conforme. Aucune compensation n’a donc été accordée aux 150 automobilistes condamnés à payer une amende après avoir été flashés par les “feux vampires”.

Selon des éléments versés par l’accusation, le système “T-Red” aurait rapporté plus de 2,4 millions d’euros à la commune. La combine mise en place consistait à réduire la durée du feu orange. Les jours fastes, plus de 330 amendes, à 150€ l’infraction, auraient été ainsi dressées par jour. Les sommes perçues étaient ensuite partagées…

Illustration : Radar automatique de feux de circulation à Chigaco, aux Etats-Unis