DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le blues de Kristin Scott Thomas : elle veut arrêter le cinéma

Vous lisez:

Le blues de Kristin Scott Thomas : elle veut arrêter le cinéma

Taille du texte Aa Aa

La plus Française des actrices britanniques traverse une période de doute. Kristin Scott Thomas estime avoir fait le tour du septième art et confie qu’elle envisage d’arrêter de tourner. Tout part d’une interview accordée au journal The Guardian vendredi dernier. “Je me suis rendue compte que j’avais fait tout ce que je savais faire, et je me suis dit que je ne pouvais pas faire plus” déclare Kristin Scott Thomas dans le quotidien britannique. “Tout cela m’ennuie !”, tranche-t-elle, “J’arrête”. La comédienne donne quelques explications. D’abord, elle ne veut plus servir de faire-valoir dans certaines productions : “On me demande souvent de jouer dans des films parce que je serais une sorte d’actrice de poids dans une production un peu faible. On me donne un petit rôle dans lequel on sait que je vais savoir jouer”.

Kristin Scott Thomas, qui de l’avis presque général garde un très grand charme, semble aussi en proie à la crise de la cinquantaine. “J’ai le cul entre deux chaises”, dit-elle au Guardian, utilisant volontairement cette expression bien française. “Je ne suis plus vraiment une séductrice mais je ne suis pas non plus encore une grand-mère”. Une artiste qui doute d’elle-même exagère toujours. L’actrice à la double nationalité française et britannique a 53 ans et elle continue d‘être courtisée par de nombreux réalisateurs. Ralph Fiennes, son partenaire dans le film bouleversant “Le Patient Anglais”, qui avait permis à Kristin Scott Thomas d‘être en compétition pour le meilleur rôle féminin aux Oscars en 1997, l’a faite tourner dans le film “La Femme Invisible” qui n’est pas encore sorti sur les écrans en France. En ce début d’année, la comédienne sera également à l’affiche dans “Suite Française” de Saul Dibb et “My Old Lady” d’Israel Horovitz.

Kristin Scott Thomas vit à Paris depuis une vingtaine d’années. Divorcée du médecin français François Olivennes, elle laisse entendre qu’elle pourrait aussi se séparer de la France. Elle se dit très inquiète de “la montée de l’antisémitisme” dans son pays d’adoption, qualifiant ce fléau “d’incroyable”. Si l’actrice franco-britannique met ses paroles en actes et abandonne le cinéma, il lui restera le théâtre qui lui apporte autant de succès. Depuis 2007, elle s’est produite sur les planches surtout à Londres et à New York, notamment dans “La Mouette” de Tchekhov.