DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Amputé, il retrouve le sens du toucher grâce à une main bionique


Italie

Amputé, il retrouve le sens du toucher grâce à une main bionique

Retrouver le sens du toucher avec une main artificielle quand on a été amputé, c’est ce qu’a expérimenté un Danois de 36 ans, Dennis Aabo Sorensen. Une expérience menée grâce à des chercheurs suisses, allemands et italiens à l’hôpital Gemelli, à Rome, en janvier et février 2013. Les résultats des tests ont été publiés mercredi dans une revue scientifique américaine.

C’est Silvestro Micera de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne et son équipe qui ont mis au point cette main bionique. “La main est munie de plusieurs capteurs fixés à chaque tendon de chaque doigt, a expliqué Silvestro Micera. Et nous pouvons utiliser ces capteurs pour comprendre la force de la pression qu’exerce le patient lorsqu’il saisit un objet. Nous utilisons ces informations sur cette force pour fournir une stimulation très précise aux divers nerfs (…) afin de reconstituer une perception sensorielle dans le système nerveux.”

Pour obtenir cette perception, des électrodes ont été implantées dans le haut du bras gauche de Dennis, dans les nerfs périphériques, lors d’une intervention chirurgicale. Des électrodes conçues par un chercheur de l’Université de Fribourg en Allemagne, Thomas Stieglitz.

Pour Dennis, qui a été amputé du bras il y a neuf ans après avoir manipulé des feux d’artifice, ça a été une expérience mémorable : “La première fois qu’ils ont fait fonctionner la main et qu’ils ont travaillé dessus, c‘était étonnant parce que tout d’un coup, j’ai pu avoir des sensations que je n’avais pas eues depuis des années. J’ai pu sentir si un objet était rond, dur ou doux. C‘était incroyable”.

Après les tests, les électrodes ont été retirées du bras de Dennis qui a ensuite remis son ancienne prothèse. Il faudra attendre quelques années avant une commercialisation de la main bionique.

Avec AFP et Reuters

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Afrique du Sud : une mine transformée en tombeau