DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Deuxième jour de grogne sociale en Bosnie


Bosnie-Herzégovine

Deuxième jour de grogne sociale en Bosnie

A Tuzla, dans le Nord du pays, 45 personnes blessées dans des affrontements ont été hospitalisées, dont trente policiers.

Parmi les manifestants, il y a beaucoup d’ouvriers licenciés. A Tuzla, autrefois le coeur industriel du pays, une grande partie de la population travaillait pour quatre entreprises publiques. Après leur privatisation, les nouveaux dirigeants ont fini par mettre la clef sous la porte.

La colère des manifestants est aussi dirigée contre l’inertie de la classe politique face à cette situation.

A Sarajevo, la capitale, des centaines de personnes sont aussi descendues dans la rue pour exprimer leur soutien aux manifestants de Tuzla.

“C’est notre gouvernement qui a vendu les compagnies étatiques pour des cacahouètes, laissant les gens sans retraite, sans sécurité sociale, leur famille n’ont rien à manger alors que nos hommes politiques siègent dans ces institutions et volent les gens.” déclare une jeune chômeuse diplômée.

Les manifestants ont symboliquement lancé des oeufs sur les bâtiments publics.

Vingt ans après la guerre en ex-Yougoslavie, la Bosnie n’arrive pas à se relever économiquement. La classe politique est perçue comme largement corrompue.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Le service militaire au coeur de la colère ultra-orthodoxe