DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Geert Wilders : nouveau plaidoyer europhobe


Le bureau de Bruxelles

Geert Wilders : nouveau plaidoyer europhobe

Si les Pays-Bas sortaient de l’Union européenne, les ménages néerlandais percevraient, en moyenne, 10 000 Euros par an au cours des vingt prochaines années. C’est ce qui ressort de l‘étude qu’a présentée Geert Wilders lors d’une conférence de presse à La Haye. Le responsable du Parti de la Liberté, formation d’extrême-droite et xénophobe poursuit ainsi sa croisade anti-européenne. L‘étude en question s’intitule “N-exit” (contraction des termes anglais “Netherlands” – Pays-Bas et “exit” – sortie).

“N-exit signifie que nous ne devrons plus payer des millions d’Euros à Bruxelles et aux pays pauvres du sud de l’Europe, détaille Geert Wilders, que nous pourrions épargner des millions en nous affranchissant des règles imposées par l’UE, que nous pourrions en finir avec l’immigration massive et le fait de payer des soins de santé aux Bulgares et aux Roumains par exemple.”

Des arguments immédiatement rejetés par le ministre hollandais des Finances, actuel président de l’Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem.
Si les Néerlandais ont plébiscité deux formations pro-européennes lors des dernières élections législatives de 2012, le parti de Geert Wilders remonte aujourd’hui dans les sondages. 40% des Néerlandais se disent anti-européens selon une enquête publiée le 20 janvier dernier.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Le bureau de Bruxelles

Union bancaire : négociations inter-institutionnelles difficiles