DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Enfants autistes : la France condamnée pour discrimination

Vous lisez:

Enfants autistes : la France condamnée pour discrimination

Taille du texte Aa Aa

La France continue de mal intégrer ses enfants autistes dans le système scolaire mais ses autorités ne semblent pas trop s’en émouvoir. C’est pourtant la deuxième fois que la “mauvaise élève” se fait tirer l’oreille par le Conseil de l’Europe, chargé de la défense des droits de l’Homme sur le continent. Ce dernier estime que le droit des autistes n’est pas respecté, tant pour être scolarisés dans les mêmes écoles que les autres enfants que pour profiter de la formation professionnelle. En neuf ans, les efforts des différents gouvernements, de droite comme de gauche, ont apparemment été peu efficaces puisque la France avait déjà été condamnée par l’instance européenne en 2004 et qu’elle a reçu plusieurs mises en garde depuis. La loi sur le handicap de 2005, qui visait à favoriser la scolarisation en milieu ordinaire, n’est tout simplement pas appliquée.

Alors les familles d’enfants autistes ont décidé de pousser un “coup de gueule” collectif. Elles constatent que les discriminations sont nombreuses et que les handicapés sont parfois maltraités. Il y a 600 000 autistes en France, seulement 20% des enfants sont scolarisés. L’association SOS autisme demande à la ministre déléguée aux personnes handicapées et à la lutte contre l’exclusion, Marie-Arlette Carlotti, de recevoir une délégation de parents, et elle en appelle même au président François Hollande pour qu’il s’engage sur ce dossier. Cela semble mal parti selon Olivia Cattan, la porte-parole de l’association, qui a indiqué à Euronews que le directeur de cabinet de la ministre dit “ne pas comprendre la colère des familles”. La réalité, c’est que les proches des enfants autistes témoignent tous d’un parcours du combattant pour essayer de les faire accepter dans une école.

Grande offensive contre les discriminations

Olivia Cattan, qui est maman d’un petit de 8 ans, a dû laisser son activité professionnelle de côté pour lui permettre d’aller à l‘école comme les autres mais à mi-temps. L’expérience a duré deux ans, et aucune auxiliaire de vie scolaire du public n’a pris le relais. Il faut désormais payer une auxiliaire privée pour maintenir l’enfant en classe mais beaucoup de parents, encore plus les mères célibataires, ne peuvent pas se l’offrir. “Avec l’argent dépensé pour rien dans certains hôpitaux de jour, affirme Olivia Cattan, on pourrait créer des emplois d’auxiliaires de vie scolaire et les garder en offrant des salaires corrects”. “Aux Pays-Bas, en Suède, en Israël, au Canada, donne comme exemples la porte-parole de SOS autisme, l’avance dans ce domaine est énorme mais ici, il n’y a pas de plan d’envergure, on fait du cas par cas”.

Les enfants autistes français n’ont guère plus de chances de pouvoir fréquenter un centre de loisirs, de pouvoir pratiquer un sport ou faire de la musique, du dessin…Jusqu‘à présent, un seul accord a été conclu avec la fédération d’athlétisme qui s’est engagée à ne pas les refuser dans ses clubs. Pour dénoncer toutes ces discriminations, SOS autisme France a décidé d’employer les grands moyens. Un numéro indigo est mis en place afin que les familles puissent porter plainte contre les établissements qui refusent de se conformer à la loi sur le handicap. Une équipe d’avocats se chargera de porter les affaires devant la justice.

La vidéo ci-dessous a été réalisée par SOS autisme France avec un sens très journalistique. Elle permet de mieux visualiser le “mur” auquel se heurtent les parents des enfants autistes :

Une meilleure connaissance de l’autisme, notamment des différentes formes qu’il peut prendre, est certainement la clé pour en finir avec le malentendu persistant avec une grande partie des Français. SOS autisme entame donc une grande campagne de sensibilisation pour lutter contre les préjugés et expliquer “la galère” que vivent les familles. Une idée est en gestation, “pourquoi ne pas organiser une tournée des écoles et des entreprises”, nous dit la porte-parole de l’association. Plusieurs artistes comme les chanteurs et comédiens Marc Lavoine, Thomas Dutronc, Jean Dujardin, Bruno Wolkowitch, la danseuse et chorégraphe Marie-Claude Pietragalla se mobilisent et unissent leurs talents pour toucher le coeur des gens. La route sera longue mais l’amour des enfants a toujours été le meilleur des guides.