DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Sotchi : retour sur la mobilisation contre la discrimination des homosexuels


monde

Sotchi : retour sur la mobilisation contre la discrimination des homosexuels

Lors de la dernière session du Comité international olympique ce jeudi à Sotchi, le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon s’est élevé contre toute forme de discrimination et notamment contre celles dirigées contre les homosexuels. En pleine controverse autour de la loi russe punissant la “propagande homosexuelle”, il est le dernier à faire entendre sa voix sur la question, après un nombre important de personnalités et d’organisations non-gouvernementales.

Voici le discours du secrétaire général de l’ONU Ban Ki-Moon


“Nous devons tous élever notre voix contre les attaques contre les lesbiennes, les gays, les bisexuels et les transsexuels”, a déclaré M.Ban, “nous devons nous opposer aux arrestations, emprisonnements et restrictions discriminatoires auxquelles ils font face”.

“Je sais qu’il y a eu une certaine polémique autour de ce sujet. En même temps j’apprécie de la part du président Poutine de m’avoir assuré que les actes de discrimination n’auront pas lieu”, a-t-il déclaré aux journalistes après avoir prononcé son discours. Sotchi pourrait être “un lieu où toutes les personnes, indépendamment de leur orientation sexuelle, seraient en mesure de profiter de l’harmonie, de l’amitié et du respect mutuel”, a-t-il ajouté.

Des critiques acerbes

La Russie qui accueille les JO d’hiver pour la première fois, a fait l’objet de lourdes critiques en raison de la loi punissant la “propagande homosexuelle” devant les mineurs. Les critiques s’accordaient sur le fait qu’elle discrimine les homosexuels en restreignant leurs droits.

La journée de protestation prévue mercredi dernier dans 19 villes à travers le monde n’a pas réussi à attirer beaucoup de monde. Mais l’entreprise de télécommunications AT & T, sponsor de l‘équipe olympique des États-Unis, a publiquement critiqué la Russie à ce sujet. “La loi de la Russie est néfaste pour les individus et les familles, et nuit à une société diversifiée”, a déclaré AT & T dans un billet de blog intitulé “Un temps pour la fierté et l‘égalité.”

Les militants des droits de l’homme ont également exprimé leur inquiétude par rapport à cette loi.

La cellule européenne de l’Association internationale des gays et lesbiennes (ILGA-Europe) a, dans un communiqué, appelé “les dirigeants des pays européens et d’autres à ne pas envoyer de hauts fonctionnaires à Sotchi comme signe de protestation contre les violations des droits de l’homme en Russie”.

Dans sa déclaration, l’ONG estime que “l’actuelle attitude des autorités russes est incompatible avec le principe n° 6 de la Charte olympique, qui stipule que toute forme de discrimination à l‘égard d’un pays ou d’une personne (…) est incompatible avec l’appartenance au Mouvement olympique”.

Parmi les personnes qui se sont déclarées prêtes à boycotter les Jeux figure la Vice-Présidente de la Commission européenne Viviane Reding. Elle a expliqué son point de vue dans un tweet :

Le principe n°6 mentionné par ILGA-Europe s’est transformé en une campagne à part entière utilisant un site web, des plates-formes de réseaux sociaux, des pétitions en ligne (signées par plus de 400 000 personnes, y compris « des dizaines d’athlètes olympiques et sportifs professionnels»), des vidéos et même des tee-shirts.

Voir la vidéo #LoveAlwaysWins


Certains athlètes envisagent de critiquer ouvertement la loi, même si la Charte olympique stipule explicitement qu’ “aucune forme de manifestation ou de propagande politique, religieuse ou raciale n’est autorisée dans l’enceinte des installations olympiques”.

Radio Free Europe rapporte ainsi que “des propositions de se tenir par la main avec les autres athlètes du même sexe au cours des cérémonies d’ouverture ou de porter des broches, boucles d’oreilles, vernis à ongles ou autres accessoires représentant le drapeau arc-en –ciel” ont été évoquées.

L’Institut canadien de la diversité et de l’inclusion a, quant à lui, choisi d’aborder la question avec humour. Sa vidéo homo-érotique au slogan volontairement provocateur a été visionnée par plus de 170.000 en quelques jours.

Voir la vidéo de l'ICDI


Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Japon : le « Beethoven contemporain » avait un nègre