DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Comment résoudre le manque d'infrastructures en Afrique ?

Vous lisez:

Comment résoudre le manque d'infrastructures en Afrique ?

Taille du texte Aa Aa

“40%, c’est le chiffre de perte en productivité occasionné par le déficit d’infrastructures sur le continent africain, un continent qui s’est pourtant positionné comme deuxième zone de croissance mondiale ces dix dernières années. Alors ici, au Congo-Brazzaville, explique l’envoyé spécial d’Euronews, François Chignac, on se saisit de cette problématique en mobilisant acteurs financiers et acteurs africains”.

Les besoins de l’Afrique en infrastructures sont estimés à 93 milliards de dollars par an, mais à l’heure actuelle, le continent ne parvient à mobiliser qu’environ 45 milliards de dollars. D’où l’urgence, car s’il parvenait à satisfaire ses besoins en infrastructures, il pourrait créer 2 millions d’emplois directs et 2,5 millions d’emplois indirects.

Olatunde Ayeni est Nigérian, président de la banque Skye Bank qui finance des projets. D’après lui, les problèmes de déficit en infrastructures viennent parfois de l’instabilité des gouvernements en place : “La solution pour l’Afrique est de mettre en place de bons gouvernements et de bonnes politiques, c’est la seule manière de résoudre complètement le problème. Sinon, quel que soit la solution que vous trouvez, c’est une solution temporaire. Si le mouvement de capitaux est sain, cela peut provoquer un bon retour sur investissement et alimenter l‘économie au Congo. Autrement, non !”

Pour Tas Anvaripour, directrice du développement commercial de la Banque Africaine de Développement, les projets peuvent voir le jour dans un climat de crise : “En Côte d’Ivoire, nous avons deux projets. Pendant le conflit, le pays a continué à payer ses dettes à notre banque, il n’y a jamais eu de défaut de paiement. Les projets d’infrastructures, s’ils sont bien faits, avec de bonnes pratiques, s’ils reçoivent certaines garanties des gouvernements, ce sont actuellement les meilleurs investissements dans le monde, avec retour sur investissement”.