DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Référendum suisse anti-immigration : l'UE va revoir ses relations avec la Suisse


Suisse

Référendum suisse anti-immigration : l'UE va revoir ses relations avec la Suisse

Peu après la victoire du “oui” au référendum suisse “contre l’immigration de masse”, des dirigeants européens de partis d’extrême-droite ou populistes se sont réjouis du résultat.
En France, la présidente du Front national Marine Le Pen a salué “la lucidité du peuple suisse”. Même enthousiame du côté du parti britannique Ukip ou du FPÖ autrichien.

Plus amer, le président du Parlement européen estime que cette victoire va peser sur les relations entre Bern et Bruxelles :
“Les partisans du “oui” n’ont pas fait valoir des arguments rationnels mais ont réagi aux instincts les plus bas, a déploré Martin Schultz. Mais une chose est claire : vous ne pouvez tirer avantage du grand marché européen et, dans le même temps, rester à l’extérieur sur d’autres questions. C’est ce dont nous allons discuter avec la Suisse désormais.”

Peuplée de 8 millions d‘âmes, la Suisse a ouvert son marché du travail en 2002.
Dans le sillage de la crise de la dette dans la zone euro, environ 80 000 européens, au premier rangs desquels des Italiens, des Allemands et des Portugais, s’y sont installé anuuellement.
Un chiffre jugé excessif par la droite populiste, qui a souhaité renforcer les frontières du pays.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Suisse : le "oui" à la restriction de l'immigration et la déception des autorités