DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Berlinale, "Die geliebten Schwestern" et "Stratos"


cinema

Berlinale, "Die geliebten Schwestern" et "Stratos"

En partenariat avec

Le réalisateur allemand Dominick Graf entouré par ses acteurs pour présenter à la Berlinale son film “Die geliebten Schwestern” “Les soeurs bien-aimées”. Ce film en compétition raconte l’amour partagé de Friedrich Schiller pour deux soeurs. Le triangle amoureux est lié par un pacte qu’une naissance viendra compromettre.
Dominick Graf : “Dès la première lecture j’ai été touché par cette incroyable affection, cet amour, cette chaleur et l’intimité entre ces trois là. Ils ne voulaient que le meilleur des deux autres. A première vue, il n’y avait pas de rivalité, pas de jalousie, pas d’intrigues. C’est quelque chose qui m’a beaucoup touché”.

“Die geliebten Schwestern” fait partie des 20 films en compétition pour l’Ours d’or.

Aussi en compétition ce film grec signé par Yannis Economides “Stratos”.

Stratos a une dette envers Léonidas. Ce dernier lui a sauvé la vie quand il était en prison. Aujourd’hui il travaille pour monter l‘évasion de Léonidas. Mais Stratos se rend compte que sa dette est beaucoup plus importante, il monte alors un nouveau plan, une dernière mission.

Yannis Economides :

“Nous suivons le parcours de cet homme. Nous regardons toute cette histoire d’un personnage abîmé, cassé, étonnant, à partir du moment où il commence à tomber et jusqu‘à ce qu’il essaye de construire une nouvelle vie. Beaucoup de péripéties l’emmènent là où il est aujourd’hui. A la fin de ce voyage il y a une rédemption, on voit ce personnage essayer de changer sa destiné”.

Derrière se drame noir c’est en fait la société et sa perte de valeurs qui est jugée. C’est la troisième fois que l’acteur Vangelis Mourikis travaille avec Yannis Economides.

Vangelis Mourikis :
“Ce que j’aime beaucoup dans le cinéma de Yannis Economides c’est la recherche et la façon dont il essaye de trouver la vérité dans ses personnages. Il y a quelque chose qu’il attend de la part des acteurs avec lesquels il travaille dans la façon dont ils abordent leur rôle. Je suis aussi fasciné par l‘énergie que tous ces personnages transmettent à l‘écran. C’est quelque chose de très vivant et vibrant. Ses héros ont une action interne et externe. Ça a quelques chose de libérateur, pour le spectateur mais aussi pour l’acteur”.

La première de Stratos a lieu à la Berlinale. Le film sortira en Grèce en mars.

Prochain article

cinema

Berlinale : Nymphomaniac, sexe et petites provocations